[FRENCH] Chaos sur Oa, où Kyle Rayner attire les convoitises pour avoir réussi à manier toutes les couleurs d’anneaux (ou presque, manque le noir et le blanc). Mais cette fois on découvre celui qui s’est arrangé pour l’équiper ainsi. La situation dégénère. Kyler peut-il rester ou pas un membre du Green Lantern Corps ?

Green Lantern: New Guardians #4 [DC Comics] Scénario de Tony Bedard
Dessin de Tyler Kirkham
Sortie aux USA le mercredi 28 décembre 2011

Où va donc Green Lantern: New Guardians ? Car pour l’instant on trouve surtout une ribambelle de personnages de toutes les couleurs, qui sautillent de façon stéréotypée… Ce qui est, il est vrai, le propre des aventures des Green Lanterns ces dernières années. Mais au moins les autres fois on avait A) l’impression d’un fil directeur et B) la connaissance de ce qui faisait la série. Exemple : la série Green Lantern ne s’est pas montée exprès pour raconter Sinestro War, cette saga étant un arc auquel le titre mensuel ne se résumait pas. Ici, c’est le contraire. On voit bien comment les héros et anti-héros sont réunis par les circonstances et obligés de cohabiter pour l’arc mais encore rien qui « constitue » la série New Guardians à ce stade. Je ne doute pas que ca va venir (la réaction de Rayner laisse voir une prise de décision peut-être durable) mais pour l’instant ça n’en est pas là et, sans direction identifiée, on a beaucoup de mal à se replonger dans l’histoire d’un épisode à l’autre. Et là c’est encore le cas. Quand je lis New Guardians depuis 4 numéros il me faut toujours un moment pour m’orienter tellement on oublie un peu où étaient passés les personnages (syndrome qu’on ne retrouve pourtant pas sur Green Lantern ou Green Lantern Corps).

Dans le même temps on ne peut pas reprocher à Tony Bedard de ne pas faire avancer ses personnages. L’ex-Guardian Sayd commence à jouer un rôle stratégique (finalement elle est la seule « oan » encore libre et donc capable de faire bouger les choses). Arkillo a également droit à sa petite scène… Même si la présence de Sinestro par avatar interposé est un peu too much… Il y a quand même un problème qui tient au peu de personnalité de certains autres lanterns (comme Munk). C’est peut être auss pour ca que d’autres séries avec des protagonistes connus comme Guy Gardner ou John Stewart s’en tirent mieux : leurs héros sont tridimensionnels. Là par contre le chaos ca ne dure qu’un temps avant de faire un peu répétitif.

[Xavier Fournier]