Avant-Première VO: Review Flash #7

[FRENCH] Renouant avec une tradition débutée dans son précédent run sur Flash, Geoff Johns permet aux lecteurs de respirer entre deux arcs avec un numéro à part, un « Rogue Profile » qui repose plutôt sur un adversaire du héros super-rapide. Cette fois c’est Captain Boomerang qui s’y colle et, après tout ce qui est arrivé au personnage ces dernières années on se dit qu’effectivement il y a besoin d’une remise à l’heure.

Flash #7 [DC Comics]
Scénario de Geoff Johns
Dessins de Scott Kolins
Sortie aux USA le mercredi 8 décembre 2010

Mais qui est, précisément, Captain Boomerang ? Bien souvent la réponse du lecteur s’arrête au fait que c’est un adversaire de Flash spécialisé dans le lancer de… Boomerang. En dehors de son rôle relativement récent dans des choses comme Identity Crisis et de son trépas, puis de sa résurrection, le personnage cache en général plutôt bien ses racines. Geoff Johns s’attarde donc sur lui dans ce numéro en utilisant énormément ce que John Ostrander avait pu révéler sur la genèse familiale du personnage dans ses Suicide Squad. Si vous avez bien en tête ce super run d’Ostrander, cette partie ne vous surprendra pas. Mais elle peut jouer un rôle de bonne remise en mémoire. Par contre il me semble une nouvelle fois que le rapport Flash/Brightest Day est un peu vite expédié. Si la démarche de Boomerang est plutôt bien trouvée (conscient qu’il est lié à la White Lantern il se retourne vers un autre personnage lui aussi « connecté »), la chose passe vite au second plan. Pire : Boomerang est même carrément éclipsé par le retour aux affaires de… Reverse-Flash (vu qu’il est sur la variant cover je ne considère pas que c’est un spoiler). Un Reverse-Flash qui était déjà bien présent dans Flash: Rebirth et dans Blackest Night: Flash. Du coup cela devient un peu rengaine de voir Zoom regagner si vite son potentiel de nuisance en vue de l’arc suivant…

Surtout pour les lecteurs qui pensaient/espéraient que Captain Boomerang sortirait un peu grandi de l’affaire. En définitive il n’évolue guère dans sa quête. Tout au plus certains propos de Zoom peuvent laisser entrevoir de vagues (très vagues) choses le concernant. Mais s’il est très présent dans l’épisode, on ne peut pas dire que « Boomer » conserve la vedette jusqu’à la fin. Cela le conforte plutôt dans son rôle de « perdant » et beaucoup de choses restent à faire le concernant (peut-être qu’un crossover entre Flash et Red Robin le concernant ne serait pas mal d’ailleurs). C’est sympathique et pas mauvais mais je pense que Geoff Johns peut quand même mieux faire.

[Xavier Fournier]

Be Sociable, Share!