[FRENCH] Tandis que la Valkyrie continue d’amasser les marteaux de puissance, les forces de Sin tentent d’obtenir ceux qu’elle n’a pas encore trouvé. Et cette quête les entraîne sous l’eau pour affronter Namor, le Sub-Mariner. Mine de rien on en arrive au tiers de la série et pour l’instant rien de bien neuf sous le soleil…

Fear Itself: The Fearless #4 [Marvel Comics] Scénario de Matt Fraction, Cullen Bunn, Chris Yost
Dessin de Mark Bagley, Paul Pelletier
Sortie aux USA le mercredi 7 décembre 2011

Au quatrième épisode on découvre donc à qui la Valkyrie ramène ces marteaux (encore qu’il existe un gros doute sur leur utilisation et qu’on ne serait pas à l’abri d’une imposture). Le plan des asgardiens est donc de… planquer ces armes sous la cheminée ! La belle affaire… Pour l’instant l’avantage de la série The Fearlerss est de donner un coup de spotlight à la Valkyrie (sans doute bien plus que si on lui avait donné sa série personnelle) et les épisodes contiennent des flashbacks qui nous éclairent sur un passé jusqu’ici pratiquement inconnu. Soit. Après, le but avoué de faire suite à Fear Itself tombe un peu à plat par le fait qu’on ignore un peu la cohérence de la chronologie des événements. D’abord en un sens la nouvelle série The Defenders est une bien meilleure « séquelle » de Fear Itself que l’est Fearless. Et quand on nous dit, justement, qu’il faut lire Defenders pour savoir ce qu’il advient de Nul, un des émissaires du Serpent, on voit bien que le concept tourne un peu en rond. Alors Asgard aurait pour but d’effacer toute trace du Serpent et de ses forces et ne serait pas plus que ça au courant de la menace posée par Nul ?

De la même manière, si tout ça se passe en parallèle des événements de Defenders, il est pour le moins curieux de voir un Namor qui agît tout seul, sans ses alliés. Le passage qui le concerne est très factuel. Il faut dire que les auteurs ne se sont pas vraiment mis à la peine pour définir les membres de « D.O.A. », purs criminels préfabriqués façon années 90. Qu’ils arrivent à mettre en déroute Namor, soit, mais ce n’est pas pour autant qu’ils gagnent du charisme. Mais surtout l’ensemble se lit à nouveau un peu comme s’il s’agissait d’une back-up d’une quinzaine de pages. On a bien deux époques distinctes de la Valkyrie et un combat aquatique de Namor… mais on en sort avec l’impression qu’il ne se passe pas grand chose. Au moins la conclusion et l’intervention d’un héros pour qui les marteaux ont une signification très personnelle peut laisser penser que les choses seront (peut-être) un peu plus intense dans le prochain épisode. Pour l’instant ca reste quand même le « minimum syndical »…

[Xavier Fournier]