[FRENCH] Comme le prélude nous le laissait entendre, Sin, la fille du Red Skull, complète un plan que son père n’avait pu achever pendant la guerre… et met en marche le retour d’une divinité qui fait peur même aux asgardiens. Au point que leur monarque, en anticipant la nouvelle, décide de sonner l’évacuation dans la panique. L’univers Marvel a peur, comme aurait dit Roger Gicquel…

Fear Itself #1 [Marvel] Scénario de Matt Fraction
Dessins de Stuart Immonen
Sorti aux USA le mercredi 6 avril 2011

Avec des scènes d’ouverture qui ne sont pas forcément d’une subtilité à toute épreuve, on nous montre comment les citoyens de l’univers Marvel sont pris d’une anxiété collective sans qu’il y ait (en tout c’est ce qu’on nous dit) de source extérieure ou supernaturelle. Les Avengers sont désemparés et ne savent pas comment ramener le calme. Pendant ce temps Sin s’occupe de retrouver la Société de Thule et un marteau mystique abandonné depuis les années quarante. Et si le plus connu des marteaux sert à transformer Don Blake en Thor, à quoi sert donc celui-là ? En quoi sera métamorphosé Sin ? Assez curieusement, du côté d’Asgard (et ne me demandez pas pourquoi Asgard est toujours en flammes, on pourrait croire que depuis Siege ils ont trouvé le temps d’éteindre les incendies), le plus vénérable des dieux, plutôt que d’empêcher ce retour, se lamente sans fin et entre en conflit ouvert avec un de ses fils.

Bien que le bouquin soit épais, il faut dire quand même qu’il réside surtout en trois grands segments. La scène d’émeute avec les Avengers, l’intervention de Sin et la réaction des Asgardiens. Matt Fraction montre bien que le monde entier est concerné par les événements (en impliquant des pays différents) mais je dois dire que cet épisode de démarrage surprend par le peu de héros impliqués à ce stade. C’est certain que dans les épisodes à venir ils seront plus nombreux mais pour l’instant le tout est très « décompressé ». Qui plus est on nous avait déjà donné un Prélude il y a quelques semaines. Je ne dirais pas qu’il ne se passe rien dans ce #1 (bien aimé les démélés familiaux de Thor, par exemple), le « retour » du bad guy était necessaire avant qu’il puisse passer à l’action mais c’est beaucoup de pages pour peu de rebondissements à ce stade. De ce fait on a l’impression que les choses sérieuses commenceront dans le #2.

[Xavier Fournier]