[FRENCH] Les comics dérivés de Farscape s’enrichissent cette semaine d’une nouvelle série consacrée à Scorpius. Ce dernier est l’univers de Farscape ce que Doctor Doom est aux Fantastic Four. Un adversaire emblématique qui, dans ce nouveau titre, peut voler de ses propres ailes sans être éclipsé par les habituels héros. Encore que tout commence comme un monologue muet…

Farscape: Scorpius #0 [Boom!] Scénario de Rockne S. O’Bannon, David Alan Mack
Dessins de Will Sliney
Parution aux USA le mercredi 14 avril 2010

Suite à ses récents déboires sur la planète Hyneria, le terrible Scorpius est exilé dans une sorte de chaloupe de l’espace, avec laquelle il dérive jusqu’à un monde aussi inhabité qu’austère. Et le voici qui médite, avec personne pour lui donner la réplique. Du coup, pendant toute une première partie, l’intrigue est muette, le grand Scorpius étant livré à lui-même. Au point même qu’on se demande rapidement si tout ça ne va pas tourner à l’ennui. Mais non. Au contraire. Une fois que le personnage s’est recomposé, il se trouve un nouveau défi. Rien n’arrête Scorpius et dans cette série où il est le principal personnage (sans que la supporting cast habituelle de Farscape lui fasse de l’ombre), tout peut arriver. Rockne S. O’Bannon et David Alan Mack (qui n’est pas le David Mack de Kabuki) trouvent ici une bonne manière d’élargir les limites de leur univers (sans parler du fait que rien ne dit que les événements n’auront pas, à terme, des conséquences sur la série Farscape principale).

Le dessinateur Will Sliney livre un travail très homogène (ce qui n’a pas toujours été le cas sur les comics de Farscape). Du coup on a vraiment l’impression d’un Scorpius bien géré, prêt à bondir et à profiter de la moindre opportunité pour mettre à sac l’univers. Après quelques pages muettes où on se demande un peu à quelle sauce l’épisode va être négocié, le charisme du personnage s’instaure et, avant d’arriver à la fin du numéro, on est conquis, se demandant bien ce qui va arrêter (ou pas) Scorpius.

[Xavier Fournier]