Earth 2: Society #9[FRENCH] Alors que les super-héros de Terre 2 tentent d’instaurer une nouvelle société, le manque de ressources de la nouvelle planète fait que les quelques villes survivantes se préparent à la guerre, un an après avoir échappé à l’anéantissement global. Et comme si cela ne suffisait pas, Hawkgirl vient de découvrir une ville de plus, pleine d’Amazones. Sont-elles vraiment préparées à la paix ?

Earth 2: Society #9Earth 2: Society #9 [DC Comics] Scénario de Dan Abnett
Dessins de Jorge Jimenez
Parution aux USA le mercredi 10 février 2016

Le dessinateur Jorge Jimenez continue d’être la locomotive de ce titre. Au point d’ailleurs que ces derniers temps la série a changé de scénariste (accueillant désormais Dan Abnett, Mr. Guardians of the Galaxy) sans que grand-monde le remarque. Il faut dire que les personnages ont lancés sur des voies martiales et qu’à partir de là les objectifs sont fixés. Trop, peut-être, pour certains d’entre eux. J’ai l’impression que cela fait 9 épisodes qu’Alan Scott/Green Lantern se prend pour Docteur Manhattan ou en tout cas pour un dieu contemplatif, avec des dialogues qui tournent en boucle. Dans ce numéro, Abnett précise cependant la raison de la fébrilité des communautés et on mesure à quel point ce nouveau monde manque de ressources naturelles. Bon, pendant Convergence, il alimentait sans broncher 52 mégapoles différentes et voici qu’il ne peut plus soutenir une poignée de villes, presque dix fois moins. Deux choses me bloquent un petit peu, malgré le dynamisme du dessin. D’abord le fait que les survivants ne sont plus, en gros, que sept à huit villes dispersées sur une jumelle de la Terre (on parle de trois millions d’habitants). Normalement on devrait être plus proche d’un récit survivaliste, presque du Walking Dead ou du Mad Max, avec les villes peinant même à communiquer les unes avec les autres si les ressources sont si « serrées ». Voyager d’une ville à une autre devrait être si compliqué que la guerre entre cités ne devrait guère être possible. Pas sous cette forme.

« We’re writing our history all over again in the same ink. »

L’autre dimension qui me bloque un peu, c’est la gestion d’Alan Scott, personnage officiellement gay dans les trois premières pages de Earth 2 #1 (ou presque) et qui depuis a si complètement la tête ailleurs que c’est devenu une abstraction. On se croirait revenu au temps de Northstar dans les années 90 avec une déclaration d’homosexualité mais, chut, le dire c’est bien, le montrer ce n’est pas possible. Abnett a cependant pour lui certains points autrement positifs, comme sa gestion de l’étrangeté et de la dangerosité de Fury, qui nous fait un peu changer d’avis sur elle… plusieurs fois en l’espace de quelques pages. Avec une réorganisation de DC que tout le monde sent venir à hauteur de l’été et des ventes d’Earth 2 Society qui ne sont pas astronomiques, j’ai par contre peur que les choses soient emballées en l’espace d’un arc, ce qui laisserait peu de place/temps pour aller au bout du potentiel.

[Xavier Fournier]