[FRENCH] Arrivé au 11ème numéro, Drafted change radicalement d’ambiance graphique avec un nouveau dessinateur et une mise en couleurs façon peinture digitale (lorgnant sur certains effets à la Top Cow). Passé un temps d’adaptation (il faut s’habituer un peu aux nouvelles versions des personnages), cette métamorphose reste une rupture, c’est certain, mais l’évolution se fait vers le mieux, c’est donc un plus. Drafted gagne en ambiance, au moment où la série se fait plus palpitante.

Drafted #11 [Devil’s Due] Scénario de Mark Powers
Dessin de Chris Lie
Sortie aux USA mercredi prochain (8 octobre 2008)

Si je vous dis « De pire en pire », ne prenez pas peur, il ne s’agit absolument pas d’un jugement sur la qualité de la série, qui me parait plutôt en hausse. Non, la notion de pire s’applique plutôt au sort de la Terre et de l’humanité. Episode après épisode, l’invasion extra-terrestre progresse et quand les humains enregistrent une faible victoire, le retour de manivelle cache un revers bien plus terrible. Il y a encore quelques mois les soldats humains luttaient durement pour éviter qu’une bestiole, ne serait-ce qu’une seule, se pose sur Terre. Si l’une d’entre elles arrivaient, tout était perdu…

Et bien là le pire est arrivé. L’envahisseur s’est posé sur Terre et il ne s’agit pas d’une bestiole solitaire. Il pleut des créatures partout et les « vers » commencent à ronger la croute terrestre. Dans un monde comme ça, mieux vaut ne pas vivre caché dans une cave de Manhattan. L’ambiance est cinématographique et on l’impression de voir un blockbuster… Devil’s Due nous promet pour le prochain numéro la fin d’une époque mais la sensation de changement est tangible dès ce numéro #11. Le combo Chris Lie/Erfian Asafat, Lius Lasahido & Faisal de Caravan Studio modifie grandement la donne sur une série qui jusqu’ici a pêché par son graphisme. Dans certaines cases on ne reconnait pas automatiquement Gabriel Contreras. Il faut s’y habituer mais c’est pour le mieux. Je ne dis pas que Drafted #11 bénéficie du meilleur dessinateur sur le marché mais il y a clairement un bon en avant…

[Xavier Fournier]