Avant-Première VO : Review Darkness #80[FRENCH] Darkness, alias Jackie Estacado, a décidé de s’en prendre aux intérêts de son ancien employeur, le Sovereign. Cela implique de se rendre dans un marais oublié sur lequel le gangster de pierre veut absolument garder la main mise. Bien entendu l’anti-héros vedette du titre veut en savoir plus et cette enquête va le mettre sur le chemin d’une étrange créature monstrueuse.

The Darkness #80 [Top Cow] Scénario de Phil Hester
Dessins de Phil Hester
Sortie aux USA le mercredi 30 septembre 2009.

Darkness #80Scénariste de Darkness depuis des mois, Phil Hester repasse à nouveau derrière la table a dessin pour produire lui-même un arc de la série et continuer de peupler l’univers de Jackie Estacado, même si on peut se demander si le nouveau protagoniste qui donne son nom à l’arc, « Bog », est vraiment un cadeau. D’abord vue la tournure des événements dans l’épisode il n’est pas dit qu’on puisse le compter au rang des alliés de Darkness. De plus, il faut dire que dès les premières cases ce « Bog » semble diablement familier pour qui a déjà eu l’occasion de lire les Swamp Thing d’Alan Moore. Bog est tout simplement une autre variation de la Créature des Marais. Même si physiquement il est différent, ses pouvoirs, sa mentalité et son ton font furieusement penser à Alec Holland (ou en tout cas à la plante qui s’imagine être Alec Holland, les lecteurs de Swamp Thing m’auront compris). Seul son âge (Bog est vieux de plusieurs siècles) permet de le distinguer… Et encore, même comme ça, Bog nous fait penser aux autres membres du Parlement des Arbres vu dans Swamp Thing.

Bref, il y avait tout pour se prendre les pieds au niveau scénaristique, pour qu’on se dise que c’était pompé et que tout ça ne respirait pas une certaine authenticité. Et bien non, finalement Hester s’en tire une nouvelle fois avec les honneurs. Darkness et ce pseudo-Swamp-Thing participent à un univers commun lié au Sovereign et je me demande comment tout va s’orienter dans les futurs chapitres. Bon point, également, pour l’utilisation continue de la nouvelle « supporting cast » (à savoir les agents d’Estacado). Ça change de ne plus voir le Darkness en solo et le fait qu’il ait des gens à qui parler en dehors des traditionnelles petites gargouilles rend plus naturel certains dialogues. Depuis la renaissance du titre Darkness, les illustrateurs qui ont su le mieux retranscrire l’atmosphère avaient des styles assez chargés en noirceur (comme Lucas, par exemple). Hester a un style plus cartoony (Green Arrow, Mallrats…) et je n’étais pas vraiment sûr que cette esthétique convienne ou tout au moins garde le cap. En définitive ça fonctionne plutôt bien et l’ensemble est assez solide. Si ce n’était de quelques rares éléments comme le Sovereign ou le gang de Estacado (encore que la page d’introduction permet de les situer), je dirais même que ce nouvel arc semble être un bon « jumping point » pour entrer dans la série. Au pire, vous pouvez aussi être des nostalgiques de l’époque où Vertigo faisait vraiment des choses avec Swamp-Thing et dans ce cas ça fonctionne aussi : Bog est un bon remplacement. Ne reste plus qu’à convaincre Hester de proposer un projet « Swampy » à DC/Vertigo !

[Xavier Fournier]