Avant-Première VO: Review Dark Avengers #184[FRENCH] Les Dark Avengers ont été projetés dans un univers alternatif où un certain nombre de visages connus ne sont pas vraiment aussi amicaux que les lecteurs peuvent en avoir l’habitude. Du coup c’est à se demander si le terme de « Vengeurs Noirs » ne désigne pas plutôt ce monde-là, tandis que les canailles qui composent le groupe habituel de la série passerait presque pour de bons gars…

Dark Avengers #184Dark Avengers #184 [Marvel Comics] Scénario de Jeff Parker
Dessin de Neil Edwards
Parution aux USA le mercredi 12 décembre 2012

Après nous avoir beaucoup promené dans le temps dans les derniers mois d’existence des Thunderbolts, Jeff Parker repart presque aussi vite dans une aventure qui, si elle n’est pas identique (il ne s’agit pas du passé ou du futur) est quand même assez similaire, avec cette fois les Dark Avengers qui font figure de captifs dans une continuité qu’ils ne connaissent pas. Encore un peu et il faudra presque se demander si la série ne devrait pas être retitrée « Exiles » ou quelque chose de ce genre. Pour autant, ne boudons pas notre plaisir, il y a quelque chose d’assez sympathique dans la manière qu’a Jeff Parker de donner forme à ce monde inconnu. OK, ce n’est pas la première fois (loin s’en faut) qu’on voit Iron Man en mode autoritaire. Et même dans un sens lui et ses troupes ont de petits airs des Cybermen de Doctor Who. Mais globalement c’est plutôt intéressant, même si une partie de l’équipe passe l’épisode dans les vaps.

Le dessinateur Neil Edwards est un bon choix pour cette série, même si on se vite compte que le résultat varie énormément selon les encreurs (en particulier dans les dernières pages). Son redesign d’Iron Man, même s’il n’est sans doute pas destiné à s’éterniser dans l’Histoire des comics est assez efficace et identifiable, tout comme celui de Pym. Je le disais en intro, on ne peut pas dire que l’idée de départ soit très originale, surtout après que Jeff Parker nous ait déjà beaucoup promené sur des airs similaires. Mais l’exécution de cette idée reste agréable à lire pour peu qu’on s’intéresse un peu aux personnages.

[Xavier Fournier]