[FRENCH] Il y a au fond de l’océan un sous-marin coincé sur un bloc de glace qui menace de détruire le monde. En réalité c’est moins absurde que ça en l’air puisque le bloc en question est un filon géant de méthane qui menace de déclencher une réaction en chaîne si les charges nucléaires du bâtiment venaient à exploser. Et l’ennui c’est que quelqu’un au Pentagone a trouvé intéressant de programmer les charges pour qu’elles s’autodétruisent en cas de naufrage. Et ca va pêter dans trois heures !

Challenger Deep #2 [Boom!] Scénario : Andrew Cosby & Andy Schmidt
Dessins : Chee
Sortie aux USA mercredi prochain (1er octobre 2008)

Le premier numéro reposait sur deux parties d’égale importance. 1) les circonstances de l’accident du sous-marin et 2) les pourparlers pour tenter de convaincre l’homme providentiel, Chase, de descendre au fond de l’océan pour sauver la planète entière. L’ennui majeur étant qu’il refusait avec insistance… jusqu’à savoir qui se trouvait à bord. Ce deuxième épisode s’articule selon une trame assez différente puisqu’on voit d’emblée Chase recruter son équipe. Mais une partie des recrues le connait d’une mission précédente et ne saute pas vraiment de joie à l’idée de plonger en compagnie de ce qu’ils pensent être un fou dangereux.

Toutes les ficelles du film catastrophe sont là. En un ou deux endroits il est quand même impossible de ne pas penser à Abyss, en particulier quand un des militaires piégés pense que les ennemis les encerclent. Et la longue scène de la descente évoque également des choses. Je ne suis pas certain que je trouverais Challenger Deep très original s’il s’agissait d’un film mais dans l’état, il apporte des choses effectivement vues sur un autre support, oui, cependant cette fois-ci dans un contexte de comic-book. Il y explore un genre que la BD américaine a délaissé faute de pouvoir exprimer convenablement la tension de ce genre de situation (il ne s’agit pas d’un problème qu’on peut régler en tapant sur un super-villain). Le fait que Cosby et Schmidt arrivent à utiliser le ton qui convient est un plus certain mais j’ai quand même tendance à penser que c’est une minisérie qui gagnera à être lue en TPB, pour des questions de rythme.

[Xavier Fournier]