[FRENCH] Pendant des années, le nouveau Captain America s’est taillé une longue liste d’adversaires. Heureusement pour lui, les survivants sont rares. Mais il en reste au moins un qui aujourd’hui est bien décidé à lui faire payer l’addition. Ed Brubaker nous mène vers une révélation mystérieuse concernant l’identité de l’ennemi en question. Et Luke Ross fait des merveilles en termes de scénographie. Mais on en voudrait toujours plus.

Captain America #44 [Marvel] Scénario d’Ed Brubaker
Dessins de Luke Ross
Sortie américaine : mercredi 26 novembre 2008

Le nouveau Captain America est toujours lancé aux basques de Batroc sans réaliser forcément que certaines personnes en ont après lui. Un adversaire du Cap actuel a refait surface et prépare ses pions tandis qu’on nous informe (pas très petits bouts quand même) sur le passé du personnage. Tout ca reste encore un peu ambivalent pour l’instant. L’arc « Time’s Arrow » n’est qu’en trois parties et nous sommes déjà à la deuxième. Pourtant il est difficile d’avoir un avis sur l’histoire tant l’identité mystérieuse de l’assaillant reste pour l’instant un mystère. Comme dans beaucoup de récits, l’important c’est la chute et ici on attend celle de Brubaker pour mesurer la valeur de l’arc.

Ce qui est certain c’est que Time’s Arrow est aussi le premier véritable arc dessiné par Luke Ross. Il n’est pas Steve Epting mais les partis pris de l’encrage continuent de négocier les changements d’artistes dans une transition parfaite. Surtout Luke Ross excelle dans une scène de poursuite routière qui compose le morceau de résistance de l’épisode. Le passage est très « cinématographique » et on se laisse assez facilement porter, tandis que l’histoire progresse sur un autre plan. Le cliffhanger final m’a cependant un peu laissé sur ma faim car on aimerait avoir quelques éléments de réponses. Autre (petite) déception: le fait que l’arc avait été « teasé » en faisant mention de la présence des Invaders et à l’évidence elle se limitait à l’épisode précédent. En tout cas ils ne sont pas là. On espère que tout ça débouchera sur la mise en place d’un nouvel ennemi majeur. Cela dit ce n’est pas tout à fait comme si Ed Brubaker nous avait déçus sur ce titre jusqu’ici, alors la confiance est de mise…

[Xavier Fournier]