Avant-Première VO : Review Cable #14[FRENCH] Nathan Summers pète… un cable ! Il a perdu sa fille, enlevée par son pire ennemi, et son instinct naturel serait de casser la baraque, mettant en danger la vie même de celle qu’il a promis de protéger. Et la seule voix pour essayer de le calmer c’est… Wolverine ? Duane Swierczynski continue dans la veine du « revival » des années 90 mais rend au passage quelques lettres de noblesse à un membre d’X-Force…

Cable #14 [Marvel]
Scénario de Duane Swierczynski
Dessins d’Ariel Olivetti
Sortie américaine le mercredi 06/05/09

Cable #14Stryfe ne doit pas apprendre qui est Hope. C’est capital. Même Bishop est prêt à tout pour que ca n’arrive pas, après pourtant avoir été pendant 12 ans l’allié du mutant en armure d’argent. Et Hope n’a jamais entendu parler de l’homme qui se cache sous le masque de Stryfe. L’impression donnée, c’est qu’on se rapproche à grand pas de l’heure où on nous dira enfin qui Hope est destinée à devenir une fois parvenue à l’âge adulte. Pour l’instant, tout se joue surtout sur une véritable opération de prise d’assaut d’un fort. Les bons (à l’exception de deux d’entre eux) sont à l’extérieur tandis que les méchants sont à l’intérieur. Il s’agit donc d’y pénétrer d’urgence avant que Stryfe n’ait le temps d’éliminer ses captifs. Si Hope reste égale à elle-même, le personnage qui m’a le plus intéressé du numéro , c’est Warpath avec la courte scène qui lui est consacré. Son côté dur-à-cuire mais pragmatique fonctionne mieux sur un héros qui a finalement été peu exploré jusqu’ici (à l’inverse ce serait du déjà vu si c’était Wolverine dans la même situation, à plus forte raison parce que son healing factor annulerait d’une certaine manière la démonstration de courage). C’est d’une certaine manière la première fois depuis les premiers épisodes d’Ed Brubaker sur Uncanny qu’on voit Warpath représenté de manière si détaillée. D’habitude on le limite hélas au rôle du gros costaud taciturne, sorte de version plus violente de Colossus. Des petites touches comme celle-ci sont donc les bienvenues et Swierczynski a trouvé la voix du personnage.

Stryfe, Bishop, Deadpool, X-Force, Cable… Ne manquait plus qu’Apocalypse pour cette réunion des gros bras des années 80/90 et – on le sait depuis le chapitre précédent de Messiah war – la lacune est comblée, encore qu’il s’agisse là d’une version bien spéciale. Allez savoir si c’est volontaire ou pas, l’intervention du mutant immortel ici et sa rencontre avec Archangel me fait furieusement penser à une scène relativement identique du temps de X-Cutionner Song. Swierczynski joue avec beaucoup de concepts connus et les assemble pour l’instant de manière efficace, je suis donc tout à fait prêt à lui donner le bénéfice du doute et voir où va l’histoire qui pourrait bien, au final, donner de la cohérence à un lot de personnages qui, ces vingt dernières années, a surtout vécu sur son potentiel sans vraiment le réaliser. A charge aux chapitres suivants de nous montrer si oui ou non la promesse est tenue…

[Xavier Fournier]