Avant-Première VO : Review: Cable #13[FRENCH] Suite directe du one-shot X-Force/Cable, ce numéro poursuit Messiah War, alors que Bishop a trouvé un allié de poids et que les visiteurs que reçoit Cable ne sont peut-être pas les renforts qu’il espérait. Car dans la grande tradition de Marvel, ce n’est pas parce que deux héros sont du même bord qu’ils sont du même avis ou que cela va les empêcher d’essayer de se trucider. Et quand on rajoute là-dessus le tempérament de Cable et de Wolverine, les étincelles sont à prévoir.

Cable #13 [Marvel]
Scénario de Duane Swierczynski
Dessins d’Ariel Olivetti
Sortie américaine le mercredi 1er avril 2009

Cable #13Vu les circonstances qui ont poussé Wolverine et X-Force dans le futur, à l’insu de leur plein gré et avec une sorte d’urgence qui nécessite qu’ils retournent en arrière le plus vite possible, ils ne sont pas d’humeur à faire la discussion. D’ailleurs, l’ont-ils jamais été ? En face Cable veut bien de l’aide mais seulement si elle obéit à ses ordres et ce n’est pas précisément ce que les autres mutants ont en tête. Mais le vrai morceau de résistance de cet épisode, c’est le flashback consacré à Deadpool. Car si vous pensiez que l’assassin à la grande gueule s’était contenté d’arriver dans ce prochain millénaire en vivant sa vie, il y a une complication assez drôle, fidèle à l’univers et aux habitudes du personnage. A nouveau, on trouve ici un scénariste qui sait très bien manipuler Deadpool et l’utiliser à bon escient.

Je suis en général assez client du dessin d’Ariel Olivetti mais là il me semble quand même que l’intégration de la 3D est un peu trop outrancière. On remarque les décors fait à coup de Bryce ou de je ne sais trop quel logiciel. Ce qui d’une part est désagréable car cela à pour effet d’attirer l’œil et de détourner l’attention… et d’autre part il y a certains facteurs de reconnaissance qui ne jouent pas. Par exemple la citadelle dont la vision pétrifie les héros… On est supposé la reconnaître mais comme elle a été réalisée entièrement en 3D, on a surtout un tas de cubes qui ressemble un peu au design d’une carte-mère et n’évoque pas grand chose d’autre. Cela dit on a vu aussi la série Cable sans Olivetti dans ce run et il n’y a pas photo, c’est bien avec lui que je préfère l’actuelle série.

Sur le plan de l’avancée de l’histoire, je ne dirais pas que les choses bougent monumentalement (à part le cliffhanger final) mais ne serait-ce que le passage de Deadpool vaut le détour. Et globalement tout ça va dans le bon sens.

[Xavier Fournier]