[FRENCH] Le BPRD, le Bureau spécialisé dans les affaires paranormales (connu pour avoir employé Hellboy depuis des décennies) a détecté de nouveaux signes d’une possible catastrophe globale. Les « Frogs » sont sur le point d’attaquer et il suffit de les prendre de vitesse en allant les affronter avec tous les renforts possibles. Mais les choses ne se présentent pas vraiment comme prévu…

BPRD: King of Fear #1 [Dark Horse] Scénario de Mike Mignola & John Arcudi
Dessin de Guy Davis
Parution aux USA le mercredi 6 janvier 2010

On a l’habitude de penser que les USA se voient comme les « Gendarmes du monde », qu’ils sont prompts à intervenir partout dans le globe dès qu’ils dénichent une menace contre eux et donc, par extension, contre le « monde libre ». Mais le début de la nouvelle minisérie King of Fear nous montre les autorités américaines sous un autre angle, pas si interventionniste et, bizarrement, pas plus positif. Les représentants du BPRD vont en effet demander de l’aide à leurs supérieurs pour détruire les nouveaux sites infectés par les monstres paranormaux. Seul problème ? L’armée américaine en a marre d’aller sauver des pays paumés et préfère protéger ses arrières, à savoir des endroits situés à l’intérieur des frontières. Visiblement personne en haut lieu ne réalise que la Mongolie fait aussi partie du monde et que même les endroits les plus reculés peuvent servir de tête de pont pour l’Apocalypse. Bref, pour une fois les généraux ont décidé de se croiser les bras et d’attendre que les choses se passent… Ce qui ne fait vraiment le bonheur des employés du BPRD. L’un d’entre eux, en particulier, est bien décidé à en découdre, même si le rapport de force semble du coup assez désespéré…

En storyline parallèle, le sort de Kate Corrigan et de ce qui semble être Lobster Johnson occupe le reste de ce premier numéro qui continue de donner de la consistance à l’univers créé par Mike Mignola. On ne jouera pas les surpris puisque les aventures du BPRD et d’Hellboy sont d’une grande cohérence. Aux dessins, Guy Davis continue d’installer le Bureau et ses agents dans une atmosphère aussi envoutante qu’efficace. A part une page de flashback on ne voit pas le moindre échange de coup et pourtant les auteurs arrivent à nous faire oublier l’absence d’action avec l’intensité de l’ambiance. Bref, c’est le BPRD, les fans du concept savent déjà à quoi s’attendre et ne seront pas déçus. Quand aux autres, il n’est jamais trop tard pour bien faire et même si King of Fear est clairement la suite des miniséries précédentes, ils seront rapidement à l’aise une fois qu’ils auront compris que le BPRD a déjà combattu les satanées grenouilles par le passé. Les créations de Mignola sont donc une nouvelle fois un bon rendez-vous !

[Xavier Fournier]