[FRENCH] Continuant la réorganisation des bat-titres après le lancement de Batman Inc. la semaine dernière, Batwoman déboule enfin dans son propre titre rétablissant de fait un véritable affront : personnage très populaire alors qu’elle occupait les pages de Detective Comics, Miss Kane se devait de voler de ses propres ailes et l’attente n’avait que trop duré !

Batwoman #0 [DC Comics] Scénario de J.H. Williams III & W. Haden Blackman
Dessins de J.H. Williams III & Amy Reeder
Sortie aux USA le mercredi 24 novembre 2010

Des mois que Batwoman, en dehors d’une ou deux apparitions en guest dans Batman & Robin, a disparu de la circulation après avoir fait les beaux jours de Detective Comics. Il semble que le succès du personnage ait un peu pris de court DC. Ou bien c’est le départ de Greg Rucka, co-créateur de la version moderne, qui aura surpris l’éditeur. De fait c’est sans doute parce qu’elle s’est un peu éloignée de l’œil du public que DC la ramène d’abord par l’intermédiaire d’un numéro zéro afin que tout le monde soit « up to date » et ait un aperçu de ses origines et de des motivations. Batman (Bruce Wayne) n’ayant jamais vraiment pris l’occasion d’étudier cette « concurrente » qui utilise sa marque, il devient dans cette courte histoire de 16 pages un observateur qui découvre les tenants et les aboutissants du personnage.

Dans le genre, j’ai trouvé la chose bien mieux menée que les récents Road to Home où le même Wayne s’évertuait à épier des personnages qu’il connait pourtant très bien, se gardant bien de leur révéler qu’il était vivant… parce qu’il ne fallait pas empiéter sur les écrits de Grant Morrison. Mais du coup Wayne donnait l’impression d’un sadique qui préférait que ses proches continuent de porter le deuil. Ici, comme il n’y a pas réellement de lien amical entre ce Batman et Batwoman, la distance entre les deux héros justifie bien cette approche. Après… il est certain que le numéro n’en apprendra guère à ceux qui ont déjà suivi la période Batwoman dans Detective Comics. Et si le scénario n’est pas désagréable il ne s’étale que sur quelques pages, on a donc du mal à comparer avec ce que faisait Rucka sur des arcs bien plus long. Ce qui est sur c’est que, à défaut d’avoir fait totalement leurs preuves J.H. Williams III & W. Haden Blackman ne se « plantent pas ». Qu’ils ne font pas de grosse faute de goût. Quand à l’alternance des styles (Williams ne dessinant qu’une partie des pages) elle est plutôt bien gérée et laisse entrevoir que même lorsque le dessinateur/scénariste ne pourra pas tout dessiner il y aura moyen de tourner la chose sans que ceci choque trop. Reste donc à la présente équipe créative de nous montrer ce qu’elle peut donner sur un arc plus long. On passera donc vraiment aux choses sérieuses avec Batwoman #1 !

[Xavier Fournier]