[FRENCH] L’optimiste Batman et son sidekick Robin ont beau avoir de sacrées différences philosophiques, ils s’entendent sur un point. Ils travaillent mieux dans l’ombre. Aussi quand un personnage illuminé (au propre comme au figuré) se propose de chasser les ténèbres de Gotham, le tandem de héros n’est plus tellement à l’aise…

Batman And Robin #21 [DC Comics] Scénario de Peter Tomasi
Dessins de Patrick Gleason
Sorti aux USA le mercredi 9 mars 2011

Peter Tomasi continue son arc initial et nous présente vraiment, cette fois-ci, son White Knight. Si certains claironnaient déjà qu’une version « blanche » de Batman sombrerait dans la copie du Nemesis du Mark Millar (qui est déjà une copie à la base), le personnage n’est pas spécialement un reflet de l’homme chauve-souris. Plutôt une antithèse. C’est avant tout un bigot lancé dans une sorte de croisade contre la terreur… Et malheur à qui croiserait son chemin. Ca n’a l’air de rien comme ça mais centrer l’action sur un personnage qui annule l’effet nocturne est une bonne remise en question de l’élément de base de la plupart des aventures de Batman. Sans doute même que pas mal d’auteurs, à la place de Tomasi, sombreraient, se perdraient. Lui s’en tire vraiment bien, même si (et l’équipe créative n’y peut rien), le côté fanatique du White Knight survient juste après l’Absence dans l’arc précédent, qui était elle aussi animée d’une sorte de ferveur identique.

Du coup le choc philosophique est un peu amoindri. Par contre il est certain que Patrick Gleason ne cesse de prendre de plus en plus de confort dans cet univers. Déjà pas mauvais dans les aventures des Green Lanterns, dans Batman & Robin, série qui lui convient à merveille, il atteint un nouveau niveau. On appréciera aussi sa représentation de Gordon, beaucoup plus mastoc… S’il y a quelques éléments extérieurs qui atténuent l’impact de cet arc, il est néanmoins certain que Tomasi et Gleason prouvent déjà qu’ils sont l’équipe créative qu’il fallait pour reprendre cette série !

[Xavier Fournier]