[FRENCH] Le Joker attaque ! On a l’habitude dans les séries liés à Batman. Oui mais cette fois le clown du crime frappe là où ça fait mal, en s’en prenant à des proches du héros. Sous la houlette de Snyder, Batman est donc une nouvelle fois aux abois, avec des relents de Killing Joke. Est-ce que ses amis s’en sortiront ?

Batman #14 [DC Comics] Scénario de Scott Snyder, James Tynion IV
Dessins de Greg Capullo, Jock
Sorti aux USA le mercredi 14 novembre 2012

On l’avait déjà entrevu dans l’épisode précédent, cette fois le Joker n’est pas parti pour faire de cadeau. Après Alfred, tous les alliés de Batman deviennent des cibles. D’ailleurs un autre ami va venir allonger la liste des victimes. Tout ça est très bien servi par Scott Snyder mais, arrivé au quatorzième épisode de l’actuelle série, on aura bien compris à quel point le scénariste aime à écrire un Batman subissant un véritable siège. C’était tout à fait compréhensible avec les Owls, une véritable armée secrète, mais là, avec le Joker qui tout au plus peut se faire aider d’Harley Quinn, on se demande un peu comment le criminel, quand bien même il semble en mode « Lector » trouverait le temps de faire tout ce qui est décrit dans ce numéro. Malgré cette réserve, l’épisode s’y entend pour faire monter la tension. Snyder place la barre bien haut et… il faudra faire attention à respecter le niveau d’ambition jusqu’à la fin de l’arc et ne pas décevoir avec une sorte de Deus Ex Machina (je pense en particulier à ce qui est ébauché concernant Alfred).

Pour ce qui est des dessins, Greg Capullo est toujours aussi performant mais procède à quelques réglages. Par exemple dans la première année du titre l’artiste avait tendance à dessiner un Nightwing vraiment très jeune. Trop, même, pour pouvoir prétendre être le héros qui apparaissait au même moment dans le mensuel Nightwing (le Dick Grayson vu dans Batman semblait avoir quatre à cinq ans de moins). Là, Capullo trouve un positionnement plus hybride et s’approprie bien mieux Nightwing. On notera aussi quelques passages marquants, comme lorsqu’une autre victime est attaquée (à distance) par le Joker. Il n’y a pas de doute, Capullo continue de faire le show. Il sait être lisible sans renoncer aux textures et aux ombres. Un bon numéro, mais espérons que la chute de l’arc sera à la hauteur…

[Xavier Fournier]