Avant-Première VO: Review Avengers #36[FRENCH] Steve Rogers et Tony Stark sont sur la touche. Thor n’est plus que l’ombre de lui-même. Sept mois dans le futur, c’est à la nouvelle garde de s’occuper de la refondation des Avengers… Et de sauver la Terre d’un danger qui rôde depuis le début du run d’Hickman : les Incursions !

Avengers #36Avengers #36 [Marvel Comics]
Scénario de Jonathan Hickman
Dessin de Stefano Caselli
Parution aux USA le mercredi 8 octobre 2014

Dans l’écriture d’Hickman comme dans celle de Morrison, la notion d’idée qui prend une vie propre est importante. Time Runs Out voit les Avengers séparés de leurs « décideurs » historiques (le Captain America classique et Iron Man) et leurs responsabilités arriver sur les épaules de personnages qui, dans l’équipe, évoquent dans doute le moins des Vengeurs. Cannonball et Sunspot restent avant tout des mutants mais les voici obligés de porter une idée dont ils n’étaient pas les initiateurs. Ils sont les héritiers du « système » lancé par Rogers et Stark au début de ce présent volume. Et quand on y regarde bien, ils récoltent aussi leur rôle. Sam Guthrie reste le garçon de condition modeste, le all-american (comme le symbolise son passage à la ferme et aux racines). Roberto Dacosta est l’homme d’affaires pragmatique. Ils sont les Steve et Tony de cette nouvelle ère. Et peut-être même les Arthur et Lancelot parce que… on se demande si l’aperçu des pouvoirs du bébé ne ressemble pas plus à ceux du meilleur ami du père qu’à ceux du père lui-même, si vous voyez ce que je veux dire.

Cet épisode frustrera peut-être certains lecteurs puisqu’on ne voit guère les grandes figures du groupe (en dehors d’un Thor très taciturne). Le focus passe plus sur les Starbrand, Hyperion, Sunspot, Ex Nihilo… Sur toute la nouvelle couche qu’a amené Hickman. Mais c’est plutôt bien servi et cela fait écho au récent déplacement dans le temps de Captain America, qui montrait déjà, d’une autre manière, que les Avengers sont une idée qui, au-delà des membres, va continuer d’exister. À noter le superbe travail du dessinateur Stefano Caselli, artiste dont je pense le plus grand bien depuis un bon moment déjà mais qui là montre des signes de passer encore à un niveau supérieur.

[Xavier Fournier]