Avant-Première VO: Review Ant-Man #2[FRENCH] Ant-Man tente de se créer une nouvelle vie. Ce qui implique de se trouver un nouveau job. Et Scott Lang, comprenant que personne ne voudrait l’employer, en vient à créer sa propre société. Mais ce n’est que le début d’une nouvelle suite de catastrophes, alors que la série récupère deux nouveaux personnages secondaires singuliers…

Ant-Man #2Ant-Man #2 [Marvel Comics] Scénario de Nick Spencer
Dessins de Ramon Rosanas
Parution aux USA le mercredi 4 février 2015

Nick Spencer continue de faire de Scott Lang quelqu’un d’absolument fébrile, ce qui fait qu’il a beaucoup en commun avec Boomerang tel qu’écrit dans Superior Foes of Spider-Man par le même scénariste. Assez vite, d’ailleurs, Lang tombe sur des menaces quand même assez… tarées, telles que le Grizzly ou un robot nazi fabriquant d’or. On est réellement dans la continuation d’un ton à la Superior Foes, comme on le sentait déjà dès le premier numéro. Je pense que la gestion de Lang par Spencer, sa manière de lui donner une moralité presque borderline peut faire grincer quelques dents… Mais en même temps Scott est un père anxieux de garder l’admiration de sa fille, content d’une seconde chance… Et cette pression le rend maladroit. Cela fonctionne et du même coup cela rapporte quelques éléments propres au Ant-Man de Robert Kirkman. Il y a, encore et toujours, un peu de Shane Black ou de Kevin Smith dans l’écriture de Spencer.

Ce deuxième numéro a la particularité d’installer la supporting cast d’Ant-Man. On croyait le personnage parti pour avoir une relation monomaniaque avec sa fille… Finalement Spencer ne perd pas de temps à lui trouver quelques « partenaires » (alliés serait un bien grand mot). L’un promet d’être une catastrophe ambulante tandis que l’autre… est un mystère. Sommes-nous supposés connaître la nouvelle associée d’Ant-Man ? Allez savoir. En tout cas, servie par les dessins d’un Ramon Rosanas très cohérent, clair et énergique sans trop en faire, la série Ant-Man trouve très vite sa vitesse de croisière. Ant-Man en sort un peu différent. Mais toujours aussi attachant.

[Xavier Fournier]