[FRENCH] Coincé par un de ses pires ennemis, Peter Parker n’a sans doute plus que quelques heures à vivre tandis que de son côté Doctor Octopus est en position de menacer tous ses proches. Désarmé, le héros doit alors trouver une manière de contre-attaquer. Quitte à adopter les méthodes de son adversaire…

Amazing Spider-Man #699 [Marvel Comics]
Scénario de Dan Slott
Dessins d’Humberto Ramos
Paru aux USA le mercredi 5 décembre 2012

Après Amazing Spider-Man #698, Spider-Man/Peter Parker est dans une position peut-être pas totalement inédité mais en tout cas terrible. Et avec encore un seul épisode de sa série régulière (le futur #700) on se dit que tout peut arriver. Ou presque. Puisque le héros n’est pas précisément sans moyen d’intervenir sur les évènements. En fait dès l’épisode précédent il y avait ce petit drône dont on pouvait deviner qu’il n’apparaissait pas là par hasard. Et Peter va donc chercher à profiter de ce seul contact avec l’extérieur pour jouer sa dernière carte…

Slott insiste bien sur le côté désespéré, noir, de la situation mais sans oublier qu’il a aussi d’autres marrons sur le feu. L’emprisonnement de notre héros lui permet donc d’apprendre quelques vérités liées à ses co-détenus… Et même de plonger dans les souvenirs de son adversaire pour y découvrir (gasp) des secrets de famille qu’il aurait préféré ne jamais découvrir. Même dans des situations comme celle-ci, le scénariste continue d’inventer des choses dingues (le gag avec Tante May, ce n’est pas précisément quelque chose que je m’attendais à découvrir chez un éditeur comme Marvel). En tout cas la situation est intéressante. Le seul ennui c’est qu’il ne reste qu’un épisode à l’actuelle série (il y a bien un 699.1 mais il sera consacré à Moebius), le 700. D’un autre côté ce sera un numéro géant. Difficile de savoir, donc, si Slott aura vraiment la place de gérer les choses avant Superior Spider-Man (encore qu’il a sans doute décidé de jour sur la longuer, avec des idées qui se retrouveront dans le futur titre). Qui que soit Spider-Man à la fin du #700, j’espère simplement que l’auteur aura toute la place pour raconter son histoire comme il le veut. En tout ça l’intérêt est là !

[Xavier Fournier]