Avant-Première VO: Review All-New X-Factor #20[FRENCH] Peter David baisse le rideau d’All-New X-Factor. Selon la formule consacrée, la série n’a pas trouvé son public (encore que dire l’inverse serait sans doute plus vrai). Pourtant, cette mouture du groupe pouvait s’appuyer sur un casting fort en gueule, ne serait-ce qu’avec Polaris, Quicksilver, Gambit, Danger et les autres. Mais l’auteur ne tire pas un trait pour autant sur ses intrigues. Ce n’était qu’un début !

All-New X-Factor #20All-New X-Factor #20 [Marvel Comics] Scénario de Peter David
Dessins de Giuseppe Di Giandomenico & Will Sliney
Parution aux USA le mercredi 21 janvier 2015

Il n’est jamais facile d’éteindre la lumière en partant. Peter David l’a parfois fait avec un tel brio (par exemple la fin de son premier run de Hulk) que les personnages ont mis des années avant de vraiment pouvoir passer à autre chose. Cette fois, la démarche est différente? Le scénariste n’a pas envie de tout dynamiter avant de partir. Au contraire, on sent bien qu’il serait volontiers resté quelques années de plus avec cette équipe. Son édito est d’ailleurs assez explicite sur ce point. Il espère ne pas avoir dit son dernier mot. Du coup, sa manière de refermer la parenthèse permet effectivement quelques avancées individuelles, tout en ménageant un sens global qui, soyons en certains, trouvera le moyen de se réincarner dans un autre titre de David (et sans doute dans Spider-Man 2099, qui joue un rôle dans ce numéro).

Finalement, le thème de cet ultime numéro est l’amitié. Celle qui rassemble (ou pas) Warlock et Cypher, celle qu’entretient (ou pas) le patron de Serval Industries avec un de ses compatriotes. Et Danger peut-elle réellement éprouver de l’affection pour quelqu’un ? Les sentiments sont un véritable fil rouge dans l’épisode. Ce qui est dommage, là-dedans, c’est que Lorna Dane et Pietro n’ont pas réellement l’occasion de parler des retombées d’Axis (alors que chronologiquement tout ceci se déroule après). On voit mal comment ou pourquoi Quicksilver ferait l’impasse sur certaines révélations. Mais Peter David fait sans doute avec la place qui lui reste. Et il s’en tire globalement bien, en se débrouillant pour mettre l’eau à la bouche de son lectorat. Une fin ouverte qui fait que l’on en redemande. Je suis moins convaincu par le dessin, très inégal selon les pages. Curieux, néanmoins, de voir ce que vont devenir les personnages après cela…

[Xavier Fournier]