Avant-Première VO : Punisher #5[FRENCH] Dans un monde où les super-villains ont la vie belle, le Punisher ne peut décemment pas rester les bras croisés. Le voici qui passe à l’offensive, en employant les grands (et les petits) moyens. Rick Remender est carrément en overdrive sur ce titre aussi détonnant pour son action, son sens de l’humour noir et un certain who’s who des méchants de troisième zone. A la fois trépidant et hilarant !

Punisher #5 [Marvel] Scénario de Rick Remender
Dessin de Jerome Opena
Sortie américaine le 20 mai 2009.

Punisher #5Pourchassé ces derniers mois, le Punisher a décidé de contre-attaquer. Mais comment réussir à combattre l’effet Dark Reign là où les New Avengers et d’autres se cassent les dents ces derniers temps ? C’est simple ! En faisant les poubelles de l’arsenal des plus puissants héros de la Terre et d’un certain Hank Pym. Le Punisher deviendrait-il un super-héros de bas étage ? Oh que non. Malgré les petits avantages qu’il se permet, il garde toute sa férocité et ne recule devant aucun coup bas. Il a beau avoir cette fois quelques gadgets criards, le Punisher est toujours dans ce mode cynique qui en remontrerait à Wolverine s’il le fallait. Remender continue de dresser le portrait d’un Frank Castle qui tient à la fois de celui de Fraction et de celui d’Ennis. A ce propos la scène de la pizza, qui ouvre le numéro, est un monument qui vaut à elle seule la lecture de cet épisode. Ça tient des épisodes de Fraction sur le Bar Sans Nom en mode « no more Mister Nice Guy ».

Mais l’anti-héros peut-il vraiment se permettre de ne pas écouter ses sentiments quand on sait qui l’attend au Q.G. du Hood ? Mais d’ailleurs sait-on vraiment qui l’attend là-bas ? Car le milieu des super-criminels a sorti une véritable armée. Même en mode « super », le Punisher va avoir fort à faire. Un seul petit bémol à cet épisode survitaminé : l’arrière-ban des loosers au service du Hood fait un peu pâle figure quand on se souvient qu’en début de série le même Punisher, écrit par le même scénariste, est arrivé à faire tourner en bourrique le tout puissant Sentry. Alors des criminels de troisième ordre à peine vu depuis les années 70, c’est d’une certaine manière un peu léger. Mais qu’importe, ce petit flou n’est pas de taille à venir entailler l’énergie de l’épisode, mis en image par ailleurs par un Jerome Opena qui continue de faire des merveilles. Ce Punisher #5 est une des bonnes surprises de la semaine… Et vous n’accepterez plus de pizza commandée par un inconnu après ça…

[Xavier Fournier]