Avant-Première VO : Potter's Field Hardcover[FRENCH] Potter’s Field est l’une des séries les plus intéressantes de Boom Studio et pour des questions de planning nous n’avons pas toujours eu l’occasion de chroniquer la sortie des trop rares épisodes. Heureusement, la sortie d’un recueil regroupant toutes les aventures (y compris le « pilote » inédit) de l’énigmatique John Doe nous donne l’occasion de revenir sur la création de Mark Waid et Paul Azaceta…

Potter’s Field Hardcover [Boom] Scénario de Mark Waid
Dessins de Paul Azaceta et Steve Yeowell
Sortie américaine le mercredi 13/05/09

Potter's Field HardcoverDans la préface du recueil, Greg Rucka n’hésite pas à parler de Raymond Chandler (une comparaison que Waid lui-même insinue dans le deuxième épisode) pour présenter élogieusement Potter’s Field. Il faut dire que l’atmosphère dans laquelle évolue « John Doe » (personnage central de ce récit, sans aucun rapport avec la série TV du même nom, s’il est besoin de le préciser) est un peu du même ordre que le Criminal de Brubaker mais aussi dans la lignée de plusieurs personnages littéraires. Il y a même quelques traits de Sin City dans ces scènes nocturnes de cimetière sous la neige… Ce héros inconnu (sans identité réelle et qui ne laisse jamais d’empreintes digitales) arpente les allées du cimetière de Potter’s Field, là où la police enterre les morts qui n’ont pas été identifiés. John Doe fait alors ce qui est nécessaire pour leur donner un nom et pour qu’ils soient vengés, en faisant jouer ses relations un peu à la façon du feuilleton TV « The Equalizer ». Encore que dès le premier épisode on voit que tous les alliés de Doe ne travaille pas forcément pour lui de bon cœur et qu’on est dans certains cas dans une situation de chantage. Très vite, de toute manière, cette logique d’identifier les morts devient une histoire dans l’histoire, alors que la pègre commence à monter une sorte de machination pour piéger Doe…

Le hardcover qui sort dans la semaine à venir réunit les trois épisodes de la première mini-série, le one-shot plus récent « Stone Cold » ainsi qu’une histoire dessinée par Steve Yeowell qui était jusqu’ici restée dans les tiroirs. Cette dernière vaut surtout en tant que « bonus » plus qu’autre chose puisqu’il ne s’agit que du synopsis et du découpage (à l’époque où Yeowell était le dessinateur pressenti pour la série), pas d’un épisode finalisé. C’est moins prenant qu’une histoire autonome mais cela permet de regrouper tout ce qui a été produit à ce jour sur Potter’s Field. Je l’écrivais en préambule, la série fait partie des choses les plus intéressantes que produit Boom et si vous avez laissé passé votre chance lors des premières parutions, ce hardcover est une bonne manière de découvrir un concept qui n’a qu’un défaut : il est trop rare et on espère qu’à l’avenir Waid et Azaceta vont alimenter plus régulièrement le monde de l’étrange John Doe…

[Xavier Fournier]