[FRENCH] Dans cet avant-dernier chapitre de World War Hulks, Bruce Banner pique à nouveau une verte colère, la Red She-Hulk en dit un peu plus sur son parcours et un des personnages ne survivra pas à la contre-attaque contre le plan du Leader et de Modok. Des personnages partout, quand à savoir si on va vraiment dans la bonne direction, là, c’est une autre paire de manches.

Incredible Hulk #610 [Marvel]
Scénario de: Greg Pak
Dessins de: Paul Pelletier
Sorti aux USA le mercredi 16 juin 2010

Il est de bon ton d’opposer l’approche de Jeph Loeb sur Hulk (jugée assez superficielle, tout au plus bourrée de guest-stars) à celle de Greg Pak, devenu pour ainsi dire un « historique » de la série depuis qu’il s’est lancé dans Planet Hulk. Et il vrai qu’Incredible Hulk ces derniers mois (pré-World War Hulks) nous a donné quelque chose que le Hulk tout court n’a pas : un vrai personnage multi-dimensionnel (en l’occurrencee Bruce Banner, plus dangereux à lui seul que deux ou trois pseudo-Hulk). Malheureusement avec « WWHs », Greg Pak est un peu rentré dans le rang et voici donc des brassées de personnages irradiés à coups de rayons gamma, pour lesquels, d’ailleurs Loeb n’est pas le seul à blâmer puisque dans tous ces rejetons venus d’autres planètes ou réalités, Pak a lui aussi sa part de responsabilité. Donc ça défile en l’espace de quelques pages et la « caractérisation » est du coup assez expédiée.

Tout au plus on notera que l’épisode permet d’établir une chronologie formelle pour Betty Ross depuis sa « mort » aux mains de l’Abomination (suivant la logique déjà établie en son temps par Peter David, à savoir que la Betty « Mister Blue » de Bruce Jones n’était qu’un rêve ou une imposture). Et je dois avouer que même si c’est loin d’être un personnage majeur, le décès qui intervient dans ce numéro m’a surpris, dans le sens où il permet de rendre un peu de grandeur au principal concerné. Et puis, aussi, il y a cet « Ã©vénement » insinué par la couverture (Enfin là pour le coup on l’attendait depuis des lustres, on le voyait venir). Malgré les beaux dessins de Paul Pelletier, malgré quand même quelques scènes intéressantes, cet épisode souffre du fait que World War Hulks et ses héros « gammaisés » ressemble à un scénario de jeu vidéo des années 80, une sorte de Pac Man où les personnages se transformeraient ou pas selon les niveaux et sans qu’on ait réellement l’impression d’une narration. J’aurais envie de dire « vivement qu’on en finisse avec ce crossover »… ceci dit le prochain retitrage de la série en Incredible Hulks au pluriel et l’annonce du crossover Dark Son avec encore un autre fils de Banner ne m’inspire guère confiance. Dans l’état, en tout cas, malgré la sympathique que m’inspire par ailleurs les auteurs, c’est « peu mieux faire ».

[Xavier Fournier]