[FRENCH] Le panthéon grec est sur le point de déclencher la fin du monde. Heureusement Hercules, Amadeus, Athena et les Mighty Avengers sont sur le pont. Enfin en tout cas au début de l’épisode. Avant la dernière page, par contre, quelqu’un va devoir se sacrifier pour que les choses avancent. Mais qui ? Et pour satisfaire quels objectifs ?

Incredible Hercules #141 [Marvel] Scénario de Greg Pak & Fred Van Lente, Jeff Parker
Dessin de Rodney Buchemi, Gabriel Hardman
Sortie aux USA le mercredi 17 février 2010

Si vous ne suivez Incredible Hercules que du coin de l’oeil ou de temps à autre, il va falloir vous motiver et vous ruer sur ce numéro qui amorce un grand tournant non seulement pour le titre mais aussi pour les personnages concernés. Greg Pak & Fred Van Lente arrivent ici à la fin d’une logique initiée pratiquement depuis qu’Hercules est devenu « Incredible », réglant un certain nombre d’intrigues. Bon, l’exécution du numéro est un peu forcée (encore que cela me semble surtout venir du fait que la narration du dessinateur Rodney Buchemi est très « factuelle », avec assez peu de mise en forme). Du coup certaines scènes qui auraient pu être LE moment qui défini tel ou tel événement sont expédiées sans y mettre les formes. N’empêche, on touche ici à une sorte de conclusion et assurément à la fin d’un acte… La lecture du numéro, malgré ses petites hésitations de formes, est donc largement conseillée…

Je suis moins motivé par le segment des Agents of Atlas, qui marque lui aussi la fin d’une intrigue mais donne vraiment l’impression d’une boucle. Tout ça pour ça ? Jeff Parker n’a organisé cette back-up que pour régler une question de continuité entre les deux versions de Vénus ? On aurait envie de lui dire qu’il n’avait qu’à prendre la vraie Vénus depuis le début dans les Agents et que cela lui aurait évité bien des efforts pour ensuite essayer de réinventer la roue. Du point de vue des fans des Agents, cette saga n’est absolument pas nécessaire et se termine sur un retour au même état des choses. Bref, ceux qui liront la future série Atlas pourront allégrement s’en passer. Mais que dire… Conseillez d’un côté d’acheter et de lire Hercules puis de l’autre d’ignorer cette saga des Agents. Non, forcément, le sort d’Hercules vaut à lui seul le détour obligatoire. La back-up des Agents of Atlas a, elle, juste un parfum de réchauffé…

[Xavier Fournier]