Avant-Première VO : Review Guardians of The Galaxy #14[FRENCH] Si l’influence de Secret Invasion s’était bornée à voir quelques skrulls (qui plus est peu offensifs) de passage sur la base des Guardians of The Galaxy, les héros sentent nettement les retombées de War of Kings. Ils y sont même impliqués jusqu’au coup. Problème pour eux: ils sont dans le camp des Starjammers et donc opposés par la force des choses à deux empires intergalactiques.

Guardians of The Galaxy #14 [Marvel] Scénario de Dan Abnett & Andy Lanning
Dessin de Brad Walker
Sortie américaine le 28 mai 2009.

Guardians of The Galaxy #14Après quelques mois où l’équipe s’était éparpillée, War of Kings a un peu forcé la main aux Guardians of The Galaxy. L’équipe n’est strictement identique (l’arrivée de Bug, Heather et Jack ou la transformation de Martyr sont là pour le démontrer) mais certains personnages retrouvent rapidement leurs marques. Si Star-Lord est pleinement dans son rôle de « leader empirique » (du genre « pour le plan, on verra plus tard »), Adam Warlock retrouve un degré de dangerosité qu’on ne lui avait pas vu depuis longtemps (je l’ai trouvé un peu timoré depuis son retour dans Annihilation Conquest). Ici, il démontre sa puissance en tenant tête à l’un des principaux protagonistes de War of Kings. Ça ne dure que quelques pages mais je n’ai pas le souvenir que son opposant ait eut autant de mal à s’imposer. Dan Abnett & Andy Lanning jouent à fond sur la diversité de la Imperial Guard mais s’amusent aussi avec le fort caractère des Inhumans…

Du côté des dessins, Brad Walker a parfois quelques traits qui me font penser à du Ethan Van Sciver (ce qui est pour moi un compliment). Assez curieusement son Gorgon (le membre de la famille royale des Inhumans, reconnaissable à sa barbe et ses sabots) semble basé sur le visage de Naveen Andrews (alias Sayid Jarrah dans Lost) mais ça fonctionne assez bien il faut dire. Au final Star-Lord continue de faire son « Hannibal Smith » de l’espace et d’espérer pouvoir dire plus tard qu’il aime quand un plan se déroule bien. Mais on n’en voudra pas trop à certains de ses co-équipiers d’en douter fortement vu la situation des dernières pages. Je me demande aussi si les deux scénaristes n’ont pas encore trouvé le moyen d’apporter encore un peu de sang nouveau dans l’équipe alors que dans le même temps Martyr n’est plus la seule à montrer des signes un peu « noirs ». Et si d’ici quelques temps on nous proposait des Dark Guardians ? Allez savoir. Pour l’instant en tout cas la série continue sur la veine (plutôt sympathique à mon sens) de l’année écoulée, sans donner signe de s’essouffler.

[Xavier Fournier]