[FRENCH] On avait compris dès Flashpoint #1 que ce n’était pas le fol amour entre les Amazones de Wonder Woman et les Atlantéens d’Aquaman. C’est même la guerre totale et Emperor Aquaman avait précisé les choses la semaine dernière. Cette fois, cette mini sur Wonder Woman nous amène la pièce manquante du puzzle. A savoir comment tout à commencé…

Flashpoint: Wonder Woman & The Furies #1 [DC Comics] Scénario de Dan Abnett & Andy Lanning
Dessins de Scott Clark
Sortie aux USA le 15 juin 2011

C’est un peu le désordre anachronique dans les séries Flashpoint: Emperor Aquaman et dans celle-ci puisque toutes les deux font le choix de nous raconter les événements à coups de flashbacks (on saute d’une scène à une autre de quatorze ans en arrière à l’année précédente). Et surtout il m’aurait paru plus logique de publier ce Wonder Woman avant le numéro #1 de la mini consacrée à Aquaman, ce qui aurait donné un semblant d’ordre. Passées ces réserves, il faut dire que les deux scénaristes Dan Abnett & Andy Lanning (Soldier Zero, Heroes for Hire…) se débrouillent assez bien avec ce qu’on leur donne et nous éclairent non seulement sur l’origine du problème entre les deux races mais nous démontre aussi que la situation n’a pas toujours été aussi cauchemardesque… Tout en expliquant comment les choses ont pu ainsi dégénérer…

Le problème… Le problème c’est que malgré tout le bien que je penser des scénaristes et de ce que leur histoire aurait pu éventuellement donner, l’épisode est à peine lisible car le dessinateur Scott Clark fait le curieux choix de se passer de décors et de tout remplacer par des objets 3D importés de logiciels genre Poser ou quelque chose de ce genre. Moralité, vous avez au premier plan des personnages dessinés et colorisés de manière traditionnelle et dans l’arrière fond des feuilles de palmier 3D, des escaliers que personne ne s’est donné la peine de tracer et qui sortent de bibliothèque. Ce genre d’intégration, on en a déjà vu par le passé et quand c’est bien fait (The Red Star, par exemple) pas de problème. Là, c’est du travail fait « à la hachette » et ce collage de deux techniques mal fusionnées vient parasiter la narration. Autant dire que ca devient compliqué de lire une histoire où les yeux tiquent parce que telle partie de l’image fait totalement artificielle. Vue la place de Wonder Woman dans l’échiquier de Flashpoint, on aurait pu espérer un dessin bien mieux soutenu…

[Xavier Fournier]