Avant-Première VO : Fall Of Cthulhu: Nemesis #2[FRENCH] Présenté dans la continuation de la gamme « Fall Of Cthulhu » (une lignée de miniséries inspirées de l’univers de Lovecraft), l’origine de Nemesis, le compagnon de Nyarlathotep est tellement différente, par le ton et l’époque, qu’elle aurait mérité sans doute d’être traité à part, avec un titre plus évocateur du genre « Fall of Atlantis »…

Fall Of Cthulhu: Nemesis #2 [Boom] Scénario de Michael Alan Nelson
Dessin de Todd Herman
Sortie américaine 27 mai 2009.

Fall Of Cthulhu: Nemesis #2La guerre entre les dieux lovecraftiens telle qu’on l’a vu jusqu’ici dans les parutions de Boom est pour l’instant bien éloignée de cette minisérie qui se passe du temps de la grandeur de l’Atlantide, quand cette dernière était en guerre avec Athènes. Les Atlantéens sont dirigé par un roi, Levin, et par une sorte de prêtre-en-chef, Hadron, qui se trouve être le frère du monarque. On est plus dans l’intrigue de palais antique que dans les récits chers à Lovecraft mais ce côté classique n’est pas pour le déplaire. Après tout si les Anciens ont pu faire sentir leur influences néfastes dans des récits se déroulant au début du XX° siècle, comment penser qu’ils n’auraient pas pu vaguement influer des civilisations aujourd’hui disparues ?

Le scénario de Michael Alan Nelson a une sorte de vie propre et l’opposition graduelle entre les deux frères, le parfum de jalousie qui vient parasiter une relation jusque là loyale… Tout ça est assez bien campé pour être intéressant par lui-même, même sans intervention du fantastique. C’est peut-être encore plus parlant dans ce deuxième numéro (dans le premier on voyait un peu le félin Nemesis de nos jours, de manière à faire la jonction avec le reste de Fall Of Cthulhu). Cette fois tout se déroule dans l’antiquité avec un léger parfum de péplum (si ce n’est que vous échapperez au coup du combat de gladiateurs ou à la course de char). Je n’avais pas été très convaincu par le dessinateur Todd Herman sur la minisérie Gavelston mais là il a été « casté » un projet où il est bien mieux employé, où son style tombe plus à propos pour évoquer cette autre époque (le fait est aussi que Gavelston comportait plus d’action, peut-être que Herman est plus à l’aise dans une ambiance plus statique, plus riche en confrontations parlées). C’est déjà bien mieux. Reste à voir ce que nous réserve la suite de Fall Of Cthulhu: Nemesis #2 et si on va éviter un cliché tel que Nyarlathotep surgissant d’un volcan et détruisant Atlantis. Pour l’instant en tout cas ce deuxième numéro se lit comme une sorte d’évocation historique (enfin bien sûr à supposer que l’existence de l’Atlantide soit prouvée mais c’est un autre débat).

[Xavier Fournier]