[FRENCH] C’est l’affrontement frontal entre les forces de Dracula et de Conrad. Autrement dit deux armées vampires se font la guerre et Evan est quelque part au milieu. Jusqu’ici il s’est débrouillé pour convaincre chacun des deux camps qu’il était de leur côté mais dans une confrontation si ouverte, il doit maintenant prendre position. Et peut-être déterminer qui sera le vainqueur.

Dracula: The Company of Monsters #10 [Boom Comics] Scénario de Kurt Busiek, Daryl Gregory
Dessins de Scott Godlewski
Sortie aux USA le 22 juin 2011

Depuis quelques numéros Evan, le personnage central de Dracula: The Company of Monsters, a fait une véritable science de l’art d’affirmer qu’il est du bon côté. Qu’il s’agisse de le prétendre à Dracula, au cupide Conrad où même aux chasseurs de vampires venus de Roumanie. Et même le lecteur serait bien en peine d’affirmer avec certitude qu’Evan ne cache pas un revirement final. Cette fois la chose est différente car toutes les forces se retrouvent engagées sur le même champ de bataille et la duplicité ne fonctionne plus. Difficile d’aller trouver A pour le convaincre qu’il lutte contre B. Tout le monde peut observer ses actes et la position d’Evan semble donc compromise à plusieurs niveaux. Sauf bien sur s’il prouve son alliance à un camp à travers un coup qui pourrait être fatal…

Daryl Gregory joue assez bien sur des mécanismes de volte-face et de faux-semblant mais la série atteint peut-être quand même ses limites avec le fait que l’essentiel de l’épisode de passe dans une unité de temps et de lieu. Tout se déroule essentiellement au pied de l’arbre de Dracula et à partir de là, même s’il y a beaucoup d’action, il manque une sorte de contre-champ à l’histoire. Tous les personnages connus de la série semblent engagés dans le même événement et ceci limite un peu le potentiel de rebondissement. En fin de compte beaucoup de choses (et on peut même dire « tout ») repose sur le choix d’Evan… ce qui donne l’impression que malgré le combat on avance assez peu dans cet épisode. Quelqu’un qui sauterait du #9 au #11 manquerait tout au plus la mort d’un ou deux personnages mineurs. Peut-être que la chose passera mieux lors d’une lecture en TPB…

[Xavier Fournier]