Avant-Première VO: Cyberforce/Hunter-Killer #1[FRENCH] Si Mark Waid avait écrit « Heroes », le feuilleton se serait appelé « Hunter-Killer »! Revoici le scénariste (décidément prolifique en ce moment) dans une mini-série qui remet les pendules à l’heure, ramène à la fois Cyberforce et Hunter/Killer avec une intensité renouvelée. Et les dessins énergiques de Kenneth Rocafort ne sont pas non plus pour gâter un démarrage alléchant…

Cyberforce/Hunter-Killer #1 (of 5)
Scénario: Mark Waid
Dessins: Kenneth Rocafort
Sortie le 22 juillet 2009

Cyberforce/Hunter-Killer #1Comme je le disais dans la chronique sur Fusion #3, Cyberforce/Hunter-Killer n’a pas grand rapport avec le crossover qui s’achève. Dans le cas de cette mini qui démarre, ça n’a pourtant pas que des inconvénients, loin s’en faut. Mark Waid a choisi de marquer le passage du temps pour ses personnages. Alors que Cyberforce/Hunter-Killer commence, on a donc perdu la trace d’Ellis depuis un moment. Ellis, vous savez ? Ce spécial qui pour pouvoir d’imiter les talents de ses semblables et qui fait qu’on aurait régulièrement envie de l’appelerPetrelli, par analogie à la série Heroes. Si ce n’est qu’Hunter-Killer avait lancé l’affaire bien avant que la TV y aille de ses « Héros ». Et Waid est plus libre, tout en ne s’égarant pas, pour faire de ses persos ce qu’il veut. Ce premier numéro de Cyberforce/Hunter-Killer commence véritablement comme une nouvelle saison de H/K et fonctionne très bien sur plusieurs plans.

D’abord certains personnages ont roulé leur bosse. Ils ont évolués. Ensuite, je dois bien dire qu’avec le temps je n’ai plus qu’un souvenir assez lointain de ce qui se passait dans la série Hunter-Killer initiale mais Waid se débrouille très bien pour nous donner toutes les informations dont on a besoin (peut-être moins sur Cyberforce mais bon, dans l’ensemble ça fonctionne). Soyons donc clair, même si vous n’avez jamais lu un épisode d’Hunter-Killer, ce premier numéro est assez reader-friendly pour ne pas vous abandonner sur le bord de la route. Ajoutons à ceci que le dessin atypique de Rocafort rehausse le parfum d’originalité de l’ensemble, lui donne de la force… Ces dernières années les récits de « spéciaux » se sont multipliées et nous ont parfois donnés clichés sur clichés. Et Waid s’en amuse, joue même également sur des phrases-type comme « Save The World ». Mais la compétence derrière ce jeu est tangible. On verra ce que nous réserve les prochains épisodes de Cyberforce/Hunter-Killer mais ça commence plutôt bien. Allez, même très bien…

[Xavier Fournier]