[FRENCH] Captain America est revenu ! Mais il ne s’agit pas du retour version carton-pâte de Reborn ! Steve Rogers a plongé un jour de 1945 dans une eau glacée et se réveille à l’ère actuelle, entouré des Avengers originaux qui eux cherchaient Sub-Mariner. Bref, Mark Waid se lance dans une remise à jour des événements d’Avengers vol.1 #4…

Captain America: Man Out Of Time #1 [Marvel Comics]
Scénario de Mark Waid
Dessins de Jorge Molina
Sortie aux USA le mercredi 3 novembre 2010

Le changement d’époque, chez Captain America, a presque valeur d’origine au même titre que l’injection d’un sérum de « super-soldat » en 1941. J’irais même jusqu’à dire que si Stan Lee avait effacé au passage l’usage du sérum quand il a ramené le personnage pendant le Silver Age, Steve Rogers serait sans doute à peu de choses près le même personnage que celui qui parait de nos jours. Enlevez-lui par contre le fait que c’est un soldat de la seconde guerre mondiale arrivé jusqu’à nous via une hibernation accidentelle et là, pour le coup, vous le privez de quelque chose d’essentiel. Sauf que « l’ère actuelle », dans les comics, est une donnée fluctuante. A l’origine il déboulait donc en 1964 en rejoignant les Avengers sans trop se poser de question. Avec le « temps glissant » utilisé par Marvel et le temps réel qui s’écoule pour nous, Cap est maintenant supposé avoir passé quelque chose comme 55 ans dans la glace, d’où un traumatisme qui devrait être plus fort. Certes, on a avait droit à une version moderne dans Ultimates mais pour ce qui est de l’univers Marvel, Mark Waid a décidé de « remettre les pendules à l’heure ».

Après une scène de camaraderie militaire nécessaire mais un peu longue qui nous montre un peu ce qu’a quitté Steve Rogers, ce qui donne vraiment corps à ce premier épisode de la série est la représentation du réveil à l’ère moderne en caméra subjective. Imaginez… Vous êtes pris dans une explosion puis vous revenez à la vie entouré d’un dieu nordique, d’une fée ailée, d’un géant et d’un robot. Waid n’est pas tombée de la dernière pluie et il dresse le tableau avec doigté (même si la fin semble augurer une sorte de grande ellipse par rapport aux événements d’Avengers #4). Si le dessin de Jorge Molina n’est pas déshonorant en soi, il reste cependant peu épicé et je regrette qu’on n’ait pas pensé chez Marvel à donner à Waid un artiste un peu plus confirmé pour porter les premiers épisodes de la série. Dessiné par un Bachalo ou un Pacheco, Captain America: Man Out Of Time #1 serait devenu d’emblée un classique. Vu la situation dans laquelle Cap finit l’épisode je vais quand même attendre le #2 pour fixer mon avis sur le titre mais ça commence plutôt bien…

[Xavier Fournier]