[FRENCH] Alors que Mister Negative semble avoir mis la main sur l’arme absolue anti-Spider-Man, Peter Parker est obligé de demander de l’aide à une ex, connue pour ses tenues en cuir et ses cheveux blancs. D’une manière générale le numéro donne le beau rôle à trois ou quatre des femmes qui entourent Spidey, avec pour certaines d’entre elles des moments de bravoure…

Amazing Spider-Man #621 [Marvel] Scénario de Dan Slott
Dessin de Michael Lark
Sortie aux USA le mercredi 17 février 2010

Pour le meilleur ou pour le pire, Mister Negative est sans doute le « nouvel » adversaire récent (post-Brand New Day) de Spider-Man qui tire le mieux son épingle du jeu. Je ne parle pas forcément de la récente mini-série qui nous racontait, de manière inégale, les secrets de ce gangster asiatique, mais le voici au centre de deux événements distincts qui mettent le tisseur-de-toile en difficulté. D’abord (et ça le héros ne le sait pas encore) sa tante a été corrompue par l’homme en noir et blanc. Et, plus directement, il y a cette affaire de poison sélectif, qu’on peut programmer pour détruire une personne en particulier. Et comme Negative a mis la main sur l’ADN de Spidey, il y a là une urgence qu’il s’agit de régler. Du coup, comme la couverture l’indique, Catwom… euh… Black Cat est recrutée pour voler le précieux échantillon. Mais elle n’est pas, loin s’en faut, la seule femme en vedette en cet épisode. D’abord il y a toujours Tante May en mode « psycho » mais également une scène qui a donner de la dimension à Carlie Cooper et même certains rebondissements concernant une certaine Mary-Jane Watson.

Au scénario, Dan Slott continue sur la lancée de l’arc précédent (la filiation est d’ailleurs notable, vue la manière dont il continue à travailler le personnage de Carlie) mais la donne est changée par le dessin de Michael Lark, beaucoup plus noir, plus « down to earth » que le tout venant des récents illustrateurs de la série. Ce changement dans le graphisme a l’avantage de convenir tout à fait à cette histoire de cambriolage et je ne détesterais pas revoir Lark s’occuper de Black Cat dans une mini-série ou quelque chose de ce genre. Globalement ce numéro amorce pas mal de choses liées à la vie privée du héros, tout en jouant sur la dynamique connue entre Spider-Man et Black Cat. Bien qu’elle ait été montrée bien des fois, elle reste toujours aussi efficace, alors pourquoi s’en priver ?

[Xavier Fournier]