Avant-Première VO : Review Amazing Spider-Man #594[FRENCH] Spider-Man est en mauvaise posture en face du tout nouveau Vulture. Pendant ce temps les gens de son entourage ne l’attendent pas pour faire avancer leurs propres vies. Et quelque part avant la fin de l’arc, la population de New York va décider qui, de Jameson ou de Spidey, elle préfère…

Amazing Spider-Man #594 [Marvel] Scénario de Mark Waid
Dessin de Barry Kitson & Mike McKone
Sortie américaine le 20 mai 2009.

Amazing Spider-Man #594Après un pseudo-Goblin (Menace), la team de scénaristes de Spider-Man continue dans la lignée « nouvelles versions d’adversaires classiques » avec un Vulture qui a tout du croque-mitaine et qui se révèle un opposant formidable même si (et peut-être d’ailleurs *parce que*) on ne sait rien de lui. Mais en définitive ce n’est pas lui le plus important de cette histoire. En un sens c’est un gimmick (il faudra d’ailleurs voir ce qu’il donnera à l’usure) tandis que Peter, d’une certaine manière, refuse d’affronter de face le principal problème dans sa vie.

Cet épisode règle aussi une bonne fois pour toute la notoriété de Spider-Man. Encore que… Ces dernières semaines l’arc 24/7 a vu Spider-Man faire son possible pour rentrer dans les bonnes grâces de la population de New York et cesser d’être considéré comme un hors-la-loi. Mais comme tout ceci se passe dans l’univers Marvel et que par ailleurs Osborn tient un rôle bien particulier dans l’ordre des choses, je me demande comment les forces de police, les passants ou même les journaux font la différence entre le Spider-Man qui est membre des New Avengers et celui qui est membre des Dark Avengers. Bon, bien sûr, chacun porte un costume différent vous me direz mais au-delà de ça je me demande comment les gens sont supposés savoir lequel des deux est le vrai. Dans les pages de Dark Avengers, une bonne partie de la ruse semble tenir sur le fait que les gens que les « Dark » sont les vrais. Seulement dans les pages d’Amazing, le passant ou le Daily Bugle n’ont pas l’air un instant de douter. Ils considèrent le Spider-Man « rouge et bleu » comme l’authentique. On peut se demander comment…

Ceci dit, ce n’est pas vraiment ce qui devrait faire parler dans ce numéro, puisqu’une scène met en place un événement dont on risque de reparler d’ici Amazing Spider-Man #600… selon la réponse. Niveau dessin, je dois dire que je n’avais pas remarqué jusqu’ici à quel point le Spidey de Mike McKone évoque celui de John Byrne (millésime Marvel Team-Up, pas celui de Chapter One, rassurez-vous) et c’est plutôt réussi… J’aurais peut-être juste apprécié un épisode de plus pour donner plus d’envergure au Vulture mais sinon c’est assez sympathique et la fin nous promet un « American Son » plus en phase avec Dark Reign. Peut-être l’occasion de poser la question de la cohabitation de deux Spider-Men dans l’esprit du public ?

[Xavier Fournier]