[FRENCH] Il est bon, Peter David, et ça n’a rien d’une révélation. Mais il est rarement aussi bon que quand il passe un coup de balai et fait prendre à ses personnages un virage. X-Factor #32 amorce une de ces « mutations » où d’un seul coup plusieurs intrigues sont rangées, faisant de la place pour des choses à venir. La fin d’un premier acte de la série ? Peut-être (X-Factor #33 confirmera ou pas cette impression). Mais le scénariste s’en donne à coeur joie et les lecteurs sont aux premières loges!

X-Factor #32 [Marvel] Scénario de Peter David
Dessin de Valentine De Landro

Sortie américaine le 18 juin 2008

Madrox est toujours aussi traumatisé par son passage dans le futur et par le fait qu’il y a laissé Layla. Mais Madrox ne peut pas sauver le monde entier et cet épisode va le lui prouver une nouvelle fois. L’histoire repose en effet à nouveau beaucoup sur le mutant multiple tandis qu’à l’exception d’une scène avec Rictor le reste de l’équipe se garde pour la fin. Le gros de l’intrigue est au demeurant assez simple: vu que les X-Men ne sont plus, X-Factor se retrouve un peu dans la peau de quelqu’un qui se retrouve devant quand tous les autres ont fait un pas en arrière. X-Factor est, par défaut, la principale équipe de mutants encore en activité. Du coup Val Cooper, patronne du O.N.E. ne compte pas les lâcher et à – une fois encore – une offre à leur faire.

X-Factor et Peter David prouvent là encore leur côté imprévisible et savoureux, avec un humour paranoïaque à souhait. Il suffit d’une page pour faire avancer tel secret que les personnages se traînaient depuis des mois, sans issue en vue. Et hop, il y a un peu d’un prestidigitateur dans Peter David qui négocie le virage d’un coup tout en lui gardant un aspect naturel. Avec de nouvelles responsabilités, X-Factor finissent l’épisode dans une situation et même une chronologie différente, sans rien renier des 31 épisodes qui ont précédé. Vivement le #33 qui nous en dira sans doute plus sur la nouvelle situation du groupe.

[Xavier Fournier]