[FRENCH] Comme vous le savez depuis un mois maintenant, c’est reparti ! Les ex-New Mutants, et ex-New X-Men, se sont enfin trouvé un nom bien à eux, les « Young X-Men », un nouveau mentor en la personne de Cyclope, et un but à court terme. Mais défaire les membres du nouveau Club des Damnés n’aura rien de simple, surtout si ces derniers sont en fait de vieilles connaissances… 

C’était le twist principal du premier épisode : l’actuel Club des Damnés est apparemment tenu par Magma, Solar, Cannonball et Dani Moonstar. Par ailleurs, Blindfold, l’oracle des Young X-Men, les a avertis dès le départ qu’un traître se cacherait parmi eux. Ajoutez à cela que Cyclope avait annoncé clairement son intention de laisser tomber les X-Men et qu’il est supposé être en voyage avec sa douce et tendre, et vous conviendrez que tout cela respire l’embrouille à plein nez. Ce deuxième numéro n’est d’ailleurs pas avare en la matière puisqu’il se termine sur un cliffhanger qui, lui aussi, ne sera sans doute pas ce qu’il a l’air d’être. Bref, une entrée en matière plutôt convaincante : les personnages sont bien posés pour ceux qui, comme moi, n’ont pas lu les deux séries précédentes, et l’intrigue générale semble pour le moment éviter le piège de la décompression. Guggenheim assure toujours aussi bien aux dialogues et Yannick Paquette prouve que, depuis le temps, il méritait bien d’avoir « sa » série, en tout cas un titre où il peut s’impliquer pleinement !

A l’instar de X-Force, Young X-Men est donc en train de montrer que le véritable intérêt de « Messiah complex » résidait davantage dans ses retombées périphériques que dans son exécution ou ses conséquences sur les séries-mères, mille fois lues et relues. Il est évidemment un peu tôt pour se prononcer mais on sent que le scénariste a pas mal de cartes dans sa manche, et il a l’air bien parti pour nous bluffer au cours de ce premier arc. Ce qui n’est pas un mal à l’heure où les mutants de Marvel semblent faire du sur-place (le reste du Marvelverse démontrant qu’on peut parfaitement faire de nouvelles soupes dans de vieux pots, pour le plus grand plaisir du lecteur). Les Young X-Men sont, pour le moment, aussi agréables à lire que palpitants. Lecteurs de VO, n’hésitez pas !

[Antoine Maurel]