ultimatehuman02cover.jpg[FRENCH] Epuisé par sa double personnalité, Bruce Banner s’est finalement résolu à demander l’aide de Tony Stark poru résoudre le problème Hulk. Mais le premier round d’expériences ne se passe pas comme prévu (enfin, c’est une question de point de vue… le lecteur, lui, savait à peu près à quoi s’en tenir) et, bien vite, le combat s’engage entre Hulk et Iron Man. Pendant ce temps, Peter Wisdom avance ses pions dans l’ombre… Le mois dernier, mon collègue Fabrice Sapolsky concluait sa review du premier numéro en se demandant si cette nouvelle série allait souffrir de la narration décompressée, tellement en vogue de nos jours. Ce deuxième épisode nous permet d’esquisser la réponse…

Ultimate Human #2 

Sortie aux USA le 20 février 2008

… Et elle est positive. La réponse, pas mon impression ! En effet, tout cela est très joli – Cary Nord a un côté immédiatement classieux et son coloriste Dave Stewart maîtrise bien les « brushes » Photoshop, donnant un petit effet peinture du meilleur aloi. Ca tombe assez bien, parce que c’est globalement tout ce qu’on aura à se mettre sous la dent. En effet, cet épisode ne nous apprend strictement rien que le premier ne nous ait déjà dit – et encore, c’est surtout intéressant pour ceux qui chercheraient à légitimer scientifiquement l’existence du géant gris. A part ça, on a le droit à un combat assez intense entre Iron Man et Hulk, que Tête-de-Fer choisit de régler autrement que par la force brute. Un cliffhanger final vient couronner le tout. Ce n’est pas qu’il soit totalement inintéressant, d’ailleurs, juste qu’il aurait été plus à sa place en fin de premier numéro, pour lancer la série. Parce que, pour le moment, nous sommes quand même sur des rails très convenus, auxquels seuls les dialogues parviennent à donner un peu de relief. Ellis est à l’aise avec Tony Stark – ça donne envie de voir ce qu’il aurait à proposer sur la série régulière Ultimate – un peu moins avec les crossovers. Pour le moment, il est quand même le spécialiste maison des gros events pleins de potentiel qui n’ont strictement aucun impact sur l’univers Ultimate. Le souci est avant tout éditorial : à mesure que les mois passent, le navire Ultimate ne semble plus avoir ni capitaine, ni cap. Ce qui est fort dommage, car c’est tout de même un bien beau galion que cet univers alternatif…

[Antoine Maurel]