thunderboltsbp.jpg[FRENCH] Marvel continue sa politique de « spéciaux » pour combler les mois où l’équipe créative régulière de Thunderbolts peine à produire. C’est un peu le meilleur des mondes puisqu’ainsi les fidèles de la série régulière ne sont pas obligés, le « fusil sur la tempe », d’acheter ces spéciaux. Et les complétistes ont quand même leur dose de T-Bolts du mois. Mais il semble que le résultat pourrait être plus pêchu…

Thunderbolts: Breaking Point [Marvel]
Scénario de Christos. N. Gage
Dessin de Brian Denham

Sortie aux USA : le 21 novembre 2007

En inventant ces spéciaux, Marvel a ainsi évité aux lecteurs fidèles de la série de se farcir ce que dans le temps on surnommait un fill-in (un épisode de remplissage). Car regardons les choses en face, bien que Gage et Denham façent de leur mieux pour donner quelque chose qui est raccord avec la série centrale, on sait bien que les événements principaux n’arriveront que dans le titre régulier (sous la houlette de Ellis) et que Gage (comme Jenkins dans le numéro spécial précédent) est tenu de remettre les jouets en place à la fin, de manière à ne pas gêner le déroulement des intrigues de la vraie série.

Pour autant dans Breaking Point, le ton est raccord. Trop peut-être, même, car on a droit encore et toujours aux querelles byzantines entre Osborn, Moonstone et Songbird. Ca n’apporte pas grand chose, même si pourtant une bonne partie du numéro est consacrée à présenter un personnage important dans la vie de cette dernière. L’ennui c’est que pour ce qui est de Songbird, ces dernières années on a déjà bien « chargé la mûle ». Sa pauvre vie de pauvre petite fille vivant une pauvre existence, perdant son pauvre amant, le tout avec son flot de larmes et de tragédies. Alors là, une tragédie de plus, on n’en est plus à ça près. Cela dit, il faut être juste, une scène est consacrée à éclaircir un peu les relations Songbird/Radioactive Man (on jouait sur le non-dit depuis New Thunderbolts). Mais en définitive, à la fin, les Thunderbolts se détestent et on a envie de dire… quoi de neuf ?

Non, en fait ce qui a fait pour moi tout le charme de ce numéro c’est un passage où Gage se moque allégrement du mercantilisme de Marvel (retrouvant là un peu de l’esprit d’Ellis sur la série principale). L’auteur évoque via la présence d’une statuette la polémique réelle causée dernièrement par l’apparition d’un produit similaire basé sur Mary-Jane Watson. Un joli pied de nez qui fait que l’épisode n’est pas hors sujet.

Il est curieux que Marvel produise ces spéciaux relativement interchangeables alors qu’il existe un certain nombre d’Ex-Thunderbolts dans la nature. Si Songbird avait passé une partie du numéro a prendre des nouvelles de Beetle ou de Atlas, la dimension de l’histoire aurait été tout autre (et Gage aurait pu se lâcher sur des personnages pas utilisés par Ellis). Ces Thunderbolts spéciaux ont un bon potentiel mais pour l’heure on ne le voit pas encore se réaliser…

[Xavier Fournier]