[FRENCH] Pour le premier épisode post-Warren Ellis (et post-Mike Deodato) de la série, Marvel fait le choix de placer les Thunderbolts dans le contexte de Secret Invasion, donnant ainsi le reflet d’une scène vue dans SI #1. Christos N. Gage s’était « formé » aux Thunderbolts en en écrivant les numéros spéciaux, le voici dans le bain des grands. Fernando Blanco, nouveau dessinateur, par contre est envoyé directement à la case casse-pipe. Il est le plus visible indicateur d’un changement…

Review Thunderbolts #122 [Marvel]
Scénariste: CHRISTOS GAGE
Dessins: FERNANDO BLANCO

Sortie aux USA le 23 juillet 2008

N’est pas Warren Ellis qui veut mais bon, les intégristes du scénariste anglais auront beau dire, même l’auteur lui-même reconnait qu’il s’investit moins dans les séries liées à des univers partagés détenus par les gros éditeurs. Du coup, ce n’est pas tout à fait comme si on demandait à Christos N. Gage de scénariser Planetary ou Black Summer. D’autant plus qu’il a déjà testé son écriture sur les Thunderbolts en écrivant des spéciaux quand la série peinait à tenir les délais. Du coup, je pense que si Marvel avait demandé à Mike Deodato d’assurer un arc de plus au dessin, la transition ne sauterait pas aux yeux. Christos N. Gage maîtrise bien l’écriture de Norman Osborn et de Moonstone. Et il s’intéresse au Swordsman de manière surprenante. Ce qui change d’Ellis, c’est que les Thunderbolts n’attaquent plus d’eux-mêmes un héros, quand l’épisode débute, ils sont partis à la chasse au super-villain, comme le ferait n’importe quelle équipe de super-héros. Et comme ils ne vont pas aux héros… Et bien ce sont ces derniers qui viennent à eux, en la personne de Captain Marvel, comme indiqué sur la couverture.

Ceci dit jusque-là Gage nous servirait seulement un combat annoncé depuis Secret Invasion #1 s’il ne rebondissait pas de façon étonnante sur une intrigue annexe. Les Thunderbolts sont contraints d’accueillir quelqu’un de nouveau (non, pas Captain Marvel) dans leur base. Quelqu’un que je ne m’attendais pas à revoir si vite, même si la petite graine avait été lancée récemment dans la série. Du coup on se dit que quelque part, ça sent le skrull. Mais s’agit-il de la nouvelle « invitée » du groupe ou le traitre se cache t’il ailleurs ? Je regrette un peu le Green Goblin gouailleur des deux derniers épisodes, qui ironisait sur la mort des blondes et dansait ainsi sur les souvenirs des fanboys. Cela dit Gage démarre plutôt bien et se tire de ce tie-in sans se contenter de faire un boulot de commande. Ou tout au moins son histoire a du potentiel. Quelques touches, comme la mention de Genis ou la relation Osborn/Mac Gargan, sont les bienvenues…

Fernando Blanco a sans doute également du potentiel mais là, c’est quand même un peu la douche froide tant on sent l’artiste à la peine, obligé d’être comparé à un Deodato qui avait trouvé une série où il s’éclatait. La comparaison avec Deodato n’est pas à l’avantage de Blanco. En un sens, ce dernier n’y est pas pour grand chose. N’importe quel jeune dessinateur passant derrière aurait été dans la même situation. Il n’y a qu’à voir la couverture assez peu inspirée de Billy Tan pour en avoir la confirmation. Pourtant cet arc semble avoir le potentiel de secouer un peu l’équipe. On donnera donc sa chance à Blanco en attendant de voir ce que devient la série dans les mois qui viennent. Nouvelles directions ou simplement un « à côté » des événements de Secret Invasion ? L’avenir (proche) nous le dira.

[Xavier Fournier]