thor06.jpg[FRENCH] JMS et Coipel continuent de prouver à quel point Thor et son folklore en général sont devenus leurs « choses » (dans le bon sens). La série fonctionne désormais comme une machine bien huilée. Si bien, d’ailleurs, qu’ils arrivent à faire exister le titre même quand il n’y a pas de « super-villain du mois » à éliminer. Cette histoire de renaissance(s) est autonome, avec un humour bienvenu pour tempérer les dialogues asgardiens alambiqués…

Thor #6 [Marvel]

Scénario de JMS
Dessin d’Olivier Coipel

Sortie aux USA le 27 février 2008

Depuis la relance de la série, l’univers de Thor se plait à se confronter à l’Amérique un tantinet « redneck ». Ce numéro ne fait pas défaut et consiste pour une bonne moitié en des « vignettes » où des habitants d’Asgard sont confrontés à des américains moyens. Et le scénario s’en donne à choeur joie, que ce soit quand les Asgardiens vont au conseil municipal pour discuter des questions de voiries, quand Hogun part à la chasse ou encore quand un quidam tombe sur une sorte de faerie issue de la littérature anglaise.

Encore que, peut-être, je trouve les dieux passablement humbles par rapport à leur incarnation précédente. Est-ce que leur seule présence ne suffirait pas à bousculer l’économie du secteur? S’ils vont au conseil municipal j’imagine qu’ils payent des impots locaux et on voit d’ici comment la « normalité » de la cité devrait être contaminée. Mais sans doute est-ce un peu tôt… Où au contraire est-ce sans doute assez humain de s’accrocher à ses habitudes même quand la réalité évolue… Quoi qu’il en soit, c’est le genre de scène où le scénariste s’éclate.

Au niveau de l’intrigue générale, les choses avancent (on n’aura pas à attendre des années à raison d’un asgardien revenant par épisode) et Thor emploie les grands moyens pour s’assurer de retrouver la majeure partie des dieux disparus, tout en discutant des mérites (ou pas) de retrouver un jour Odin. Il appartiendra au prochain numéro de nous montrer si le prix à payer pour ces retrouvailles généralisées n’a pas été un peu trop lourd. En attendant ne boudons pas notre plaisir de voir Olivier Coipel sur un titre où, visiblement, il s’éclate. Il faut dire que sauf erreur de ma part c’est la première fois qu’il dessine une ongoing axée sur un personnage principal (par opposition à ces Legion, Avengers, House of M…) et il maîtrise tout à fait Thor.

[Xavier Fournier]