[FRENCH] Puisque c’est décidément la semaine Iron Man par excellence, Marvel n’a pas été chercher midi à quatorze heures : Après Invincible Iron Man, voici le début de la mini Viva Las Vegas, sous la houlette du cinéaste Jon Favreau et de son compère Adi Granov. Du coup, bien sûr, la BD qui résulte de cette association n’a aucun mal à ressembler au film, tout en ayant son propre ton et en faisant plusieurs clins d’oeil à la continuité Marvel. Un début intéressant.

Sortie USA prévue: 7 mai 2008
Scénario de Jon Favreau
Dessin de Adi Granov

On le savait, on s’y attendait: un comic book scénarisé par le réalisateur et le designer du film ne pouvait qu’avoir des airs du long-métrage qui vient de sortir (avec succès d’ailleurs). Visuellement il est certain que l’armure semble sortie de l’écran… Mais ce qui est étonnant dans les premières pages c’est que Favreau donne des preuves de son côté marvelophile. Quand il a besoin d’une archéologue, il ne la sort pas de son chapeau, il utilise un personnage mineur déjà connu des lecteurs de comics… Par la suite on hésite un peu sur la notion de continuité. On aperçoit l’un des membres de Nextwave mais dans le même temps il est question d’Iron Man en tant que garde du corps de Stark, ce qui n’a plus lieu d’être depuis longtemps dans la BD… Dans le doute, prenons cela comme une sorte « d’ultimatisation » d’Iron Man au bénéfice du plus grand nombre sans se priver de clins d’oeils appuyés…

Et puis bien sûr il y a la prestation d’Adi Granov. Disons plutôt son retour sur Iron Man et une nouvelle occasion pour lui de montrer à quel point il maîtrise ce personnage. Sa technique implique bien sûr un certain effet de « pause » sur les civils mais l’intégration fonctionne bien. Et le dragon tel que réinventé par Granov est impressionnant sur le plan visuel.

Pour ce qui est de l’histoire, il arrive peu de choses dans ce numéro qu’on n’avait pas vu dans les pages de preview (la statue du dragon, le détournement…) déjà diffusées par l’éditeur. Principalement les pages non vues jusque-là concernent Stark et la vie dissolue qu’il mène. Favreau utilise là un personnage très raccord avec la version qu’il en a donné au ciné (ou que Matt Fraction utilise la même semaine dans Invicible Iron Man). Bon, bien sûr, on se demandera un peu ce qu’il a voulu dire en montrant la réaction des otages… Même le quidam le plus anti-américain aurait sans doute le bon sens de se taire dans ces circonstances. Vu le peu de temps passé avec le terroriste on ne peut guère penser que le syndrome de Stockholm est à l’oeuvre… On note aussi quelques idées utilisées par Busiek et Stern lors de précédentes apparitions du dragon Fin Fang Foom. Disons que dans ce premier numéro Favreau se fait à son costume de scénariste de comics et cette prise de contact est un début plutôt bon et prometteur. On entrera dans le vif du sujet la prochaine fois…

[Xavier Fournier]