[FRENCH] Sa série actuelle a été lancée comme un dérivé de World War Hulk, il s’est ensuite mesuré au SHIELD, aux Mighty Avengers, à l’Initiative en général et l’arc le plus récent le voyait s’attaquer à Secret Invasion avec la verve qui le caractérise. Mais, question, que vaut Hercules quand il n’est pas soutenu par le gros crossover du moment ? Réponse: Le demi-dieu de la force fait toujours autant dans la finesse. Et Amadeus est dans de beaux draps. La qualité est toujours là!

Incredible Hercules #121 [Marvel]
Scénario : Greg Pak & Fred Van Lente
Dessins : Clayton Henry
Sortie aux USA : le 17 septembre 2008

Après les événements de ces derniers mois Hercules a bien besoin de souffler… Et souffler, dans le vocabulaire de ce dieu tout en gouaille, cela veut dire courir se réfugier dans les bras d’une de ses dulcinées. D’un côté Snowbird est aussi vite oubliée qu’elle a été « consommée » mais c’est assez dans le caractère du fils de Zeus de sauter sur tout ce qui bouge (et si tu es blonde à forte poitrine, ça l’intéresse aussi). Namora fait dans son retour dans la vie du héros et comme elle a le sang aussi chaud que lui, elle ne s’embarrasse pas de question. Il n’y a guère que les Atlantéens pour s’inquiéter des remous de cette liaison (il faut dire que le couple ne fait pas dans la discrétion niveau ébats).

Cet interlude amoureux ne constitue pas l’intégralité du numéro puisqu’on retrouve aussi certains des ennemis qui l’ont harcelé dans l’année écoulée. L’Olympe, en particulier, est bien décidée à ne pas lâcher Hercules. Mais dans un premier temps la menace va prendre la forme d’une horde d’amazones aérodynamiques se ruant sur Amadeus Cho dans l’idée – peut-être – d’abuser de lui. Hercules sauvera t’il son compagnon de ce faux pas où le laissera t’il aux mains de ses assaillantes. Avec un héros si haut en couleurs, les pronostics sont ouverts. Pak et Van Lente s’en donnent à cÅ“ur joie au niveau des allusions des amazones d’un autre éditeur, y compris concernant une certaine princesse mais il est dommage que Clayton Henry, aux dessins, n’ait pas accompagné ce délire d’un clin d’oeil visuel. Ce qui est certain c’est que même à l’écart des événements majeurs (et on a vu ces derniers mois que la série sait pourtant bien s’en servir), Incredible Hercules ne perd rien de son humour et de sa fraîcheur. Mieux encore, les scénaristes prennent le temps de cultiver son folklore personnel, lui donnant ainsi un coin de l’univers Marvel bien à lui. Bref, crossover ou pas, la série ne déçoit pas. Et comme l’épisode s’achève sur l’arrivée d’un personnage aussi mal embouché qu’Hercules on ne devrait pas non plus s’ennuyer le mois prochain !

[Xavier Fournier]