[FRENCH] Depuis le dernier numéro et la perte du héros principal, quelques questions restent en suspens. Qui va défendre Avalon de l’invasion des Skrulls ? Les compagnons du champion britannique tentent de lui trouver un remplaçant. Ils doivent s’aventurer dans le monde de la magie tout en continuant de protéger le Royaume Britannique. Des petits ralentissements mais qui n’empêchent pas ce numéro de se distinguer de la masse de comics estampillés « Secret Invasion ».

Captain Britain and the M:I 13 #2
Scénario de Paul Cornell
Dessin de Leonard Kirk
Sortie américaine le 11 juin 2008

Les Skrulls essayent de contrôler Avalon. Et ils pourraient bien y arriver si les héros ne se trouvent pas rapidement un champion (même si j’ai quelques doutes sur la mort de Brian Braddock). Les voilà donc partis au coeur de la cité magique pour retrouver un artefact magique, bien connu des fans d’Excalibur. L’explosion du dernier numéro a pourtant eu un effet positif : une nouvelle héroïne voit le jour, et elle est nonne ! Une aide peu singulière pour Black Knight, qui a du mal à contenir l’invasion de la Grande-Bretagne à lui-seul.

La bataille entre magie et technologie s’engage dans ce numéro. Il faut bien avouer que les Skrulls sont très bien préparés (c’est ce qui ressort de tous les numéro « Secret Invasion » pour le moment). En plus d’une infiltration au sein de toutes les grandes organisations mondiales, ils démontrent ici leur efficacité militaire. Par ailleurs, une surprise, dans les dernières pages, demandera quelques explications par la suite. Contrairement à ce que pourrait laisser croire la couverture, la solution au problème de champion d’Avalon n’est pas aussi rapidement résolu. Il est fort à parier qu’un retournement de situation se produira dès le mois prochain.

Même si l’action est encore en rendez-vous, certains longueurs ralentissent le rythme de l’épisode. Cependant, ce n’est pas un mal car Paul Cornell prend le le temps de nous présenter des personnages, parfois oubliés des fans marvéliens. Leonard Kirk garde son style visuel très dynamique et détaillé (proche de Trevor Hairsine qui avait fait récemment une mini-série sur Pete Wisdom).

[Pierre Bisson]