[FRENCH] Dès que Hercule est confronté à une entourage, il prend toute sa dimension. Et quel casting depuis ces derniers épisodes: Le Dieu de la Force s’est retrouvé promu d’une force de frappe constituée de diverses divinités de l’univers Marvel, ayant pour mission d’aller attaquer les dieux des Skrulls. « Mais où est Kirby ? » dit carrément l’un des personnages. Un peu partout les gars, car si on sait regarder l’influence du King des comics habite plusieurs scènes.

Incredible Hercules #119 [Marvel] Scénario : Grek Pak & Fred Van Lente
Dessins : Rafa Sandoval
Sortie aux USA : le 16 juillet 2008

Hercule ne serait-il pas plutôt le Dieu de la Gouaille ? Le voici, toujours égal à lui-même, qui se fait toute une idée de son nouveau poste de leader et de ses devoirs. Malgré les protestations des autres membres du Godpack, hélàs, Hercule n’a pas la moindre idée de plan. Il ne sait pas les faire. Il suffira de taper dessus le premier truc qui se présentera. Les deux scénaristes excellent toujours autant dans les dialogues. Mais surtout il y a comme une volonté d’aller faire des clins d’oeil du côté du Kirbyverse.

Et oui, on aurait tendance à l’oublier mais Kirby n’est pas « que » le co-créateur des Fantastic Four, des X-Men ou de Captain America. Il a aussi participé à la création des Skrulls et de la majeure partie des pantheons (nordique, grec, eternals…) de Marvel… Aussi l’hommage au King ne s’arrête au fait de nommer « Kirby » le chiot d’Amadeus depuis l’épisode précédent. Pour qui sait regarder les morceaux de mythes agglomérés autour de la citadelle des dieux Skrulls ont comme un air de « mur » assez familier. Il y a même un ou deux silhouettes reconnaissables que Rafa Sandoval a placé là comme un clin d’oeil. Ce qui fait que quand Amadeus cherche son chien en se demandant où est Kirby, la question a du coup un certain relief…

Si les scènes « rétroactives » se sont multipliées ces derniers mois dans les revues Marvel pour expliquer comment untel a été remplacé par un skrull, peu d’entre elles ont l’efficacité et l’ironie de la scène d’ouverture de ce numéro. Il suffit d’une page pour montrer comment l’espion Skrull s’est infiltré et d’autres scénaristes (qui nous auraient négocié ça en un épisode entier, voir un arc complet) devraient en prendre de la graine…

Hercule est toujours ce bouffon divin qu’on adore. Son manque de préparation va coûter cette fois la vie à l’un de ses équipiers. Que peut-il se passer dans le prochain épisode ? A l’évidence même Hercule n’en a pas la moindre idée. Et c’est ce qui fait le charme de cette série…

[Xavier Fournier]