C’est le début de la fin pour Wandavision qui entame le dernier tiers de sa diffusion. Les choses s’accélèrent donc un peu et on commence à y voir plus clair dans ce qu’il se passe à Westview. De l’autre côté du « mur », ça évolue et certains protagonistes s’en trouveront changer à jamais. Mais la série révèle encore bien des surprises.

Si nos critiques hebdomadaires de WandaVision diffèrent de nos reviews habituelles, c’est que le format de la série n’est pas le même que celui des séries du Arrowverse, par exemple. Plus court mais bien plus fourni, chaque épisode est un nid d’informations qu’on ne peut pas « divulgacher » aux spectateurs/lecteurs. L’action de ce septième épisode se passe le lendemain d’Haloween. Wanda a conscience que les choses vont mal. Elle a agrandi la zone de sa « petite ville » mais au détriment de la stabilité de l’ensemble. Vision est perdu à l’autre bout de Westview et compte bien prendre les choses en main pour comprendre ce qu’il se passe. Dans le monde réel, Monica et l’agent Woo obtienne enfin l’aide nécessaire pour intervenir. Mais cela ne sera-t-il pas pire que prévu ?

Entrant dans une nouvelle décennie, le série télé dans laquelle évolue les habitants de Westview s’inspire notamment de Modern Family et de son tournage de faux documentaire. Cela donne lieu à des introspections de la part de Wanda et Vision, face caméra. Ce dernier garde continuellement son apparence « synthézoïde ». Visuellement, il est un peu moins flamboyant que dans Avengers, l’Ère d’Ultron ou encore Captain America: Civil War. Comprenez que même si les effets spéciaux sont là pour donner vie à Vision, ils sont moins peaufiner que pour les longs métrages et du coup, il perd un peu de sa superbe.

Deux événements majeurs viennent ponctuer cet épisode. Les fans de comics ne s’étonneront ni de l’un ni de l’autre. Le premier avait déjà été amorcé dans les épisodes précédents, via quelques explications scientifiques sur le personnage en question. Il sera amusant de voir si les créateurs de la série iront au bout des choses ou s’ils devront garder des choses pour les autres productions du MU. Quant à la deuxième progression, elle permet répondre à plusieurs de questions. Mais fort à parier que cette révélation va en entraîner bien d’autres la semaine prochaine. To be continued, comme dirait l’autre…

[Pierre Bisson]