Review: Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi

Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi

Deux ans après la relance de la saga avec l’épisode VII, Star Wars : les Derniers Jedi continue l’aventure de Rey, Finn, Poe face à Kylo Ren. Alors qu’on s’attendait à des rebondissements et des révélations en pagaille, on reste un peu sur notre faim. Un second volet de trilogie en dessous des autres de l’épopée Star Wars (Attention quelques spoilers dans cette critique).

LET’S START AGAIN

Le Premier Ordre continue à massacrer les quelques bastions de la Résistance existants. La général Leia tente tant bien que mal de survivre avec ces troupes. Et ce n’est pas les actes du téméraire Poe Dameron qui vont arranger les choses. De son côté, Rey a retrouvé le légendaire Luke Skywalker. Mais elle a bien du mal à le convaincre de sauver la galaxie… alors de là à devenir son Maître Jedi… Quand à Kylo Ren, il a du mal à affronter le meurtre de son père et doute de plus en plus de ses choix…

Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi

ON PREND LES MÊMES…

Vous l’aurez compris, il n’y a pas grand-chose de neuf dans la galaxie très très lointaine. Les choses reprennent où on les a laissées, puisqu’après une petite introduction spatiale, on retrouve Rey sur la planète Ahch-To en train de rendre son sabre laser à Luke. Un Luke totalement désabusé et jouant à merveille les ermites. La Résistance n’a pas beaucoup progressé non plus depuis la destruction de la base Starkiller. Ils sont en déroute et peinent à renverser la vapeur. Et au final, après 2h30 de film, on voit peu de choses évoluer. OK, il y a des choses qui se produisent mais pas de vrais coups de théâtre comme on aurait pu le croire.

Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi

POPOPOPO!

Parmi tous les personnages introduits dans l’épisode VII, le pilote Poe Dameron était sûrement le moins développé. Dans cette aventure, il est enfin mis en avant. Il arrive même à fortement évoluer du début à la fin du film. Mélange entre Han Solo et Cassian Andor (dans Rogue One), Poe est avanttout une tête brûlée, prêt à tout pour réussi sa mission. Il va néanmoins apprendre que foncer dans le tas n’est pas une solution pour tout. Cependant l’exécution de l’intrigue dont il est le protagoniste principal est un peu bancale. Une petite quête en parallèle de l’histoire de Finn, Luke et Kylo Ren le met en avant (avec Finn et la nouvelle venue Rose). Mais cette intrigue aurait facilement ne pas avoir lieu si les membres de la Résistance n’étaient pas de petits cachotiers. Quand on sait qu’ils ne sont plus qu’une poignée, on se demande à quoi sert de dissimuler des stratégies à ces « troupes ». Ainsi, sans trop en révéler, si le commandant avait parlé à Poe, Finn et Rose ne se retrouveraient pas embarquer dans une embrouille sur une autre planète. Enfin, ça permet de mettre au premier plan un Poe qui risque de devenir l’un des éléments clés de l’épisode IX.

Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi
.

WHO’S YOUR LEADER?

Du côté du Premier Ordre, les choses ne sont pas si roses. Il y a clairement une lutte de pouvoir entre Kylo Ren, le Général Hux et le leader suprême Snoke. À tel point que les intentions et le passé de chacun est vite survolé. Ok, on sait qui est Kylo Ren depuis le dernier opus. Mais pourquoi est-il devenu l’un des bras droits du côté obscur ? Qui sont les mystérieux Chevaliers de Ren ? Eh bien, ce n’est pas encore cette fois que vous aurez la réponse. S’il existe bien quelques flashbacks (enfin la même scène vue de deux points de vue différents) entre Kylo et Luke, rien de très concret à se mettre sous la dent… Mais il faut admettre que Rian Johnson rend plus « sympathique » Kylo, personnage grotesque dès qu’il enlevait son masque dans l’épisode VII. Ici, même à visage découvert, on s’intéresse à lui et à ses émotions.

Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi

LA VEILLE GARDE MEURT MAIS NE SE REND PAS

Luke et Leia Skywalker sont les gardiens du temple quand on parle de l’ancienne trilogie. Han Solo ayant connu un sort tragique dans Le Réveil de la Force. Si Leia n’est pas qu’un simple cameo cette fois, elle est malgré tout éclipsé par le retour de son frérot. Mark Hamill livre une performance impeccable. Il passe par toute une palette d’émotions, bien plus que dans toute la trilogie initiale ! Son rapport avec la jeune garde incarnée par Rey et Kylo fonctionne et on regrette du choix fait par les scénaristes concernant l’avenir du personnage. La dernière séquence dans laquelle il apparaît est un des morceaux de bravoure du film (l’autre étant le superbe combat dans la salle de Snoke) mais le twist final semble inutile. On se demande pourquoi il a agit de la sorte si c’était pour obtenir ce résultat. OK, il vient en aide à ses amis mais pourquoi n’avoir pas fait les choses autrement. Désolé, c’est un peu flou mais on ne va pas vous gâcher la seule surprise du film !

REY-VOLTANT

Car s’il y en a bien une qui est laissé un peu à part, c’est Rey. Attention, elle est partie intégrante de l’histoire et le sera pour les futurs épisodes, on parie. Mais si ce qui est révélé dans cet épisode est vrai, les fans de la saga seront fortement déçus par la non-révélation de la véritable identité de ses parents. Comme c’est un vilain qui lâche l’info, les choses ne sont peut-être pas vraies… et on vient à l’espérer au final. Et si c’est le cas, on peut penser que les scénaristes cherchent à élargir l’horizon de Star Wars. Comme le montre la scène de l’enfant et de son balai… Pourquoi se cantonner aux lignées familiales déjà établies ?

Star Wars, épisode VIII: Les Derniers Jedi

ENTRE LE CÔTE OBSCUR ET LA LUMIERE

Si on compare une trilogie à un menu, le premier épisode est un peu comme une entrée : une petite mise en bouche où on peut tâter de la qualité du chef. Pour le deuxième épisode, on s’attend au point fort du repas. On veut que ça envoie, qu’on ne l’oublie pas. Enfin, le dernier opus est un dessert qui permet de faire passer le reste. Si Le Réveil de la Force jouait parfaitement son rôle de (ré)introduction d’un univers complexe auprès du public, on aurait espérer que Les Derniers Jedi aurait « balancer la sauce ». Mais on a plutôt l’impression que les bouleversements sont gardés pour le prochain. Il ne faut néanmoins pas minimiser la chose : ça reste un bon divertissement, visuellement réussi. L’ampleur des révélations (car il y en a) n’est simplement pas à la hauteur de la promo.

[Pierre Bisson]
Comments: 2

Laisser un commentaire

  1. 100% d’accord

    déçu de réaliser que j’ai préféré TFA à TLJ 🙁

    une succession de scènes spectaculaires, de l’humour à gogo, mais un fil rouge assez maigre, et un sentiment de jeu de massacre de personnages, somme toute plus profond dans Rogue One
    Adam Driver et John Boyega tirent leur épingle du jeu pour moi, et Benicio del Toro semble avoir une épaisseur prometteuse

  2. Autant le 7 m’avait laissé de marbre avec un sentiment d’escroquerie mal déguisée autant ce volume VIII m’a réellement fait plaisir. Il a des défauts, certes, mais l’esprit Star Wars est de retour et il était temps, vu qu’il avait disparu depuis la menace fantôme (j’allais même dire depuis le retour du jedi). Alors oui, tout ce qui est dit plus haut est exact (notamment concernant Poe Dameron) mais la véritable identité de Rey, où le sort de Luke prendront leur sens dans le prochain volume ; je ne pense pas que ce soit gratuit. L’évolution de Kylo Ren pourrait même s’avérer intéressante.
    Le seul regret est que finalement, après 40 ans de saga, le cynisme a pris le dessus sur l’o^ptimisme et on oit admettre que l’espoir ne pèse pas lourd face au côté obscur. Ou alors….

error: Content is protected / Le contenu de ce site est protégé !!