Première série Marvel Legacy à connaître un gros anniversaire via sa renumérotation, Mighty Thor #700 début un arc qui promet ni plus ni moins que la mort de Thor. Et bien sûr tout le monde pense d’abord à Jane Foster, grâvement malade depuis des mois. Mais avec Jason Aaron et ses jeux sur l’espace-temps, sommes-nous certains de l’identité du personnage concerné ? Un épisode qui célèbre maintes incarnations de Thor et plusieurs époques.

Mighty Thor #700Mighty Thor #700 [Marvel Comics]
Scénario de Jason Aaron
Dessins de Walter Simonson, Russell Dauterman, Daniel Acuna, James Harren, Becky Cloonan, Chris Burnham, Jill Thompson, Mike Del Mundo, Olivier Coipel
Parution aux USA le mercredi 18 octobre 2017

Dès la première page du numéro, avec un « retour » du Thor de Walt Simonson, on est mis au parfum. Mighty Thor entend bien saluer des décennies d’existence du Dieu du Tonnerre de Marvel et les grandes époques… Tout en sachant que Jason Aaron lui-même n’a pas été le dernier à rajouter des pierres à l’édifice depuis ses débuts sur Thor: God of Thunder et ses greffes sur la chronologie asgardiennes, que l’on parle de la jeunesse de Thor ou de son futur lointain, quand il est devenu le grand-père de dieux nouveaux. Pour ce qui est de la mort de Thor, il faudra attendre que l’arc nous en dise plus, dans les numéros à venir. Mais un personnage classique de la mythologie reformulée par Stan Lee et Jack Kirby passe bien de vie à trépas dans ces pages. De Galactus à Throg (la « grenouille Thor ») en passant par Hulk (She-Hulk) ou Ego la Planète Vivante, sans oublier Mangog, beaucoup de personnages de l’univers Marvel trouvent place dans ce numéro. Soyez prévenus : si vous êtes lecteurs de longue date de Thor mais que vous aviez perdu la série depuis un moment, revenant surtout à l’occasion de ce #700, si vous n’avez pas quelques notions de ce que Jason Aaron a fait avec le Dieu du Tonnerre ces dernières années… vous risquez d’y voir surtout un grand sampler, des bouts d’histoires sans grand rapport alors que visiblement tout participe à la grande mosaïque mise en place par le scénariste.

« …This doesn’t look like a job for the frog of thunder. Does it ? »

Pour les autres lecteurs, le « gain » est nettement plus clair, avec Aaron tendant à nous montrer de multiples formes de ce que peut être Thor. Même pour ces lecteurs « à jour », Mighty Thor #700 peut désarçonner par endroits avec des « tranches de vie » qui semblent ne pas avoir de contexte, un peu comme des pièces de puzzle dont on ignorerait la répartition. Mais Aaron se garde sans doute le point d’orgue pour plus tard. Désarçonné, on peut l’être aussi par des changements de styles abrupts, qui font que l’on passe du très stylisé au très représentatif (et inversement). Graphiquement, c’est un peu « l’auberge espagnole » mais ce n’est pas la première fois que cela se produit dans un numéro du Thor d’Aaron. A défaut ces changements d’ambiance habillent, soulignent, les changements d’époques ou de protagonistes. Si l’on y regarde bien, Aaron glisse aussi quelques références à des éléments déjà disséminés dans Marvel Legacy #1. Mighty Thor #700 est donc à lire comme un numéro qui ne résout rien mais continue d’installer une tapisserie énorme…

[Xavier Fournier]