Avant-Première VO: Review Captain America: Sam Wilson #24

Après les événements de Secret Empire #7 cette semaine, Sam Wilson n’a d’autre choix que de reprendre la tenue de Captain America, alors qu’il était jusqu’ici totalement découragé. Cet épisode revient sur le pourquoi du comment et nous explique réellement les motivations de Sam, son cheminement, en passant par une discussion avec un autre personnage.

Captain America: Sam Wilson #24 [Marvel Comics] Scénario de Nick Spencer & Donny Cates
Dessins de Joe Bennett
Parution aux USA le mercredi 26 juillet 2017

Laisser tomber. Telle a été la réaction de Sam Wilson quand il a vu son idole tomber le masque et soumettre le monde à la domination d’Hydra. Quand vous étiez jusqu’ici le frère d’armes de Steve Rogers et que celui-ci se révèle, pour diverses raisons, le nouveau visage du fascisme, forcément, la motivation en prend un coup. Depuis le début de Secret Empire, Sam Wilson a donc laissé tomber le costume patriotique, sans pour autant redevenir le Falcon. Au contraire, Sam a continué d’être un héros mais à petite échelle, un passeur anonyme qui a sauvé la vie de nombreux civils. Sam n’a pas renoncé à la volonté de « bien faire », mais il a laissé derrière lui les symboles, jusqu’à ce que les évènements le rattrapent. Les dominos qui tombent dans Secret Empire #7 ne lui laissent plus le choix. La contre-attaque passe forcément par un signe de ralliement et il ne reste que lui pour l’incarner. Mais la chose ne lui vient pas aussi naturellement que le crossover pourrait le laisser croire. On a donc droit à une série de discussions avec des proches. D’abord son frère prêtre, le jour où il a décidé d’être Captain America. Et puis, à l’instant T, des interventions de Misty Knight et du tout nouveau Patriot.

« It’s not a choice you can let other people or, God above forbid, the Internet make for you. »

Ce numéro a un peu le parfum d’un fill-in, dans le sens où Nick Spencer, occupé par le crossover, est obligé ici de co-écrire avec Donny Cates. De même, le dessinateur Joe Bennett est un vétéran. Ce n’est pas « sa première danse » avec Captain America. Mais ce n’est pas l’un des artistes qui ont caractérisé la série de Sam Wilson jusqu’ici, au contraire d’un Daniel Acuna ou d’un Paul Renaud. Pourtant, si l’on y regarde bien, il y a des choses très personnelles, une sorte de message à plusieurs degrés, qui semble émaner de Nick Spencer. D’abord, il y a cette discussion des deux frères Wilson et le fait de devoir faire ses propres choix, d’en être responsable, sans tenir compte des haters. Difficile de penser que l’auteur ne fait pas allusion à certaines réactions extrêmes depuis qu’il a repris le titre ou qu’il écrit Secret Empire. L’autre pan de l’histoire fait que Sam Wilson croise finalement le tout nouveau Patriot. C’est une première, bien que le jeune héros soit d’abord apparu dans ce titre. En donnant à sa création une discussion avec Sam, Spencer et Cates tissent une vraie justification au débutant. Là où son origine, dans Secret Empire: Brave New World, était loin d’être convaincante (c’est quand même l’histoire de quelqu’un qui devient super-héros patriotique parce qu’une brute a volé une tablette à la cantine !), le Patriot trouve ici une raison d’être. Il n’est pas baraqué, n’est pas agile ou n’a pas de superpouvoirs mais il est enthousiaste, dans un monde où beaucoup de héros ont perdu le feu sacré. Même si la lecture de ce numéro n’est pas indispensable, elle donne une véritable fonction à un débutant sans doute appelé à jouer un rôle à l’intérieur de l’univers Marvel, dans les mois à venir.

[Xavier Fournier]
Comments: 2

Laisser un commentaire

  1. Je viens de lire aussi Captain America : Steve Rogers et je trouve qu’il répond bien à Captain America Sam Wilson. Il y a vraiment un parallélisme entre les deux histoires…

error: Content is protected / Le contenu de ce site est protégé !!