Bien qu’il soit conseillé de lire cet épisode après Clone Conspiracy #2, Amazing Spider-Man #21 répond à bien des questions. A savoir, comment Spider-Man peut-il avoir, à son insu, deux alliés qui ont déjà réussi à infiltrer les rangs du Jackal. Un épisode finalement sans Spider-Man mais riche en explications.

Avant-Première VO: Review Amazing Spider-Man #21Amazing Spider-Man #21 [Marvel Comics]
Scénario de Dan Slott & Christos Gage
Dessins de Giuseppe Camuncoli
Parution aux USA le mercredi 16 novembre 2016

Kaine, le Scarlet Spider moderne, est vivant. Cela, on le savait depuis les dernières scènes de Spider-Verse, quand les auteurs nous laissaient voir le personnage se hisser hors du cadavre de sa forme « The Other ». Et depuis, plus rien. Pourquoi aucune mention alors qu’il se trouvait sur le même monde que les Web Warriors ? Cet épisode nous propose un véritable cours de rattrapage, en nous expliquant ce que Kaine a fait tout ce temps et pourquoi il a dû agir sans l’aide de la plupart de ses alliés potentiels. La couverture vous l’aura dit, il y est question de Carrion… bien que l’illustration soit un peu mensongère et qu’en lieu et place du Carrion classique des années 70, il s’agisse surtout d’évoquer les ravages du Virus Carrion. Kaine est donc réinstallé, avec un nouveau but dans la vie (survivre) mais aussi une enquête qui lui donne de précieux renseignements sur les retombées des actes du Jackal. Au passage, on apprend aussi comment « l’échange » qui marque la fin de Clone Conspiracy #2 a été mis en place.

« Kaine… You can never go home again. »

Avec la série Webwarriors mise ne jachère (il faut dire que l’équipe créative à qui elle avait été confiée peinait à exploiter le potentiel), Slott et Gage continue de faire vivre cette histoire de toile à travers les réalités alternatives et de lui trouver un sens dans le contexte de Clone Conspiracy, sans que cela fasse artificiel. La personne qui aide Kaine en mission a un petit côté plus « badass », moins fun que dans sa propre série régulière mais, là-aussi, vues les circonstances on comprend pourquoi. Le dessinateur Giuseppe Camuncoli est bizarrement complété par l’encrage et la couleur cette fois-ci, ce qui lui donne à son travail un aspect assez différent. Et il a aussi un penchant partagé avec beaucoup des dessinateurs de Scarlet Spider, à savoir que si Kaine est un clone de Peter Parker, les artistes ont tendance à oublier qu’il devrait y avoir une ressemblance. Mais la mission globale est assez bien réussie. On se prend même à se dire qu’on aurait bien apprécié une minisérie Clone Conspiracy: Scarlet Spider dans le même ton.

[Xavier Fournier]