Aux confins du microverse, dans l’infiniment petit, Batman et la Justice League of America sont tombés sur un adversaire qui détient la technologie pour détruire tout ce qui existe. Comme si la mèche pour détruire tout l’univers se cachait quelque part entre les atomes. Et en parlant d’Atom, qui de Ray Palmer ou de Ryan Choi ne reverra pas de sitôt la Terre ?

Justice League of America #17 [DC Comics]
Scénario de Steve Orlando
Dessins d’Ivan Reis
Parution aux USA le mercredi 25 octobre 2017

Avec la fin de l’arc « Panic In The Microverse », voici un épisode surtout « pyrotechnique », qui privilégie actions et « effets spéciaux ». On nous a donné les explications dans les chapitres précédents, voici donc le moment d’en finir et Steve Orlando ne donne pas dans la dentelle, avec cet épisode où les deux Atoms et leur adversaire changeur de taille se balancent des concepts à la figure, tandis qu’ils font un véritable concours de « ceinture ». Pour tenir les promesses tacites de l’arc tel qu’on l’a posé depuis le début de Rebirth, Orlando place aussi ses petites références obliques au Doctor Manhattan, à coup de lueurs bleues et ainsi de suite. Par contre, disons-le d’avance, ce qu’on nous donne est aussi cryptique que ce qu’on avait en début de saga et si seul le lien avec Rebirth vous intéresse vous n’en sortirez guère plus avancé. Pendant toute une première partie du numéro, c’est donc plutôt le dessin d’Ivan Reis qui fait le job et qui rythme les combats.

« The Atom’s true asset is perspective.. »

Ce n’est qu’au bout de quelques pages que cette pluie d’éclairs et de « réductions » céde la place au vrai objectif, établir l’héroïsme de Ryan Choi, véritable fil rouge de la Justice League of America depuis le début de la série. Il aura été le newbie, le héros qui ne se croit pas près, que certains de ses alliés sous-estiment, même. Et le voilà enfin en position de briller. D’une certaine manière Orlando et Reis referment le chapitre de ces 17 premiers épisodes. On le sent vite quand on arrive dans cette zone. Et toute la question est de savoir si le prix de l’héroïsme n’est pas un sacrifice. Au bout du compte, combien d’Atoms reviennent sur Terre ? Ce serait spoiler de le dire. Et selon les lecteurs le héros qui reste en arrière fera parfois des malheureux. Mais c’est bien un épisode fondateur pour le groupe, avec un effet de maturation qui l’emporte sur le peu de réponses apportées à la question Rebirth.

[Xavier Fournier]