[FRENCH] Impassible, les bras croisés, Captain Marvel est assis sur une chaise alors qu’un énorme de poids de 5 tonnes s’écrase sur sa tête, lâché par un des malfrats qui se cachent à l’arrière-plan. Mais voilà que pour aider le représentant du pouvoir de Shazam un autre héros costumé défonce la porte. C’est le moment qu’à choisi l’intrépide Minute Man pour sortir de la retraite…

Le jeune Billy Batson (Captain Marvel) et son oncle Dudley font une halte à Columbus (Ohio) pour l’ouverture d’un restaurant tenu pas leur vieil ami Jack Weston. En fait, même le néophyte apprend en quelques cases que Weston est un ancien collègue de Captain Marvel. Entre 1941 et 1944 il a été le héros patriotique Minute Man mais goûte aujourd’hui à une retraite bien méritée. Mais alors que tout le monde est à table, une équipe de super-criminelle (le Rainbow Squad) fait irruption dans l’endroit. C’est un hold-up ! Quand à savoir pourquoi il faudrait une équipe de super-criminelle pour voler un simple restaurant de l’Ohio, le scénariste (E. Nelson Bridwell) ne l’expliquera que quelques pages plus tard (si si, il y a une raison)…

Très vite on découvre que les femmes sont appelées Rainbow Squad (l’Escadron Arc-En-Ciel) parce qu’elles ont chacune une couleur attitrée et un pouvoir qui va avec (une sorte de version féminine et maléfique des Bioman). Sans perdre de temps, Billy prononce le mot magique « Shazam » et se transforme en Captain Marvel, prêt à en découdre. Seulement les criminelles ont un plan : elles savent que Marvel est chaste et innocent. Elles se ruent donc sur lui comme si elles étaient toutes (sauf une, Virago, trop féministe pour s’abaisser à ça) sur lui pour lui déclarer (faussement) leur amour et lui voler des baisers. Trop timide, Captain Marvel s’enfuit en courant (souvenons-nous qu’à la base il n’est qu’un simple gamin dans un corps d’homme). Captain Marvel en fuite, le Rainbow Squad court retrouver son boss, Mister Wonderful. Il explique qu’il a choisit une équipe constituée de femmes car il savait que le talon d’Achille de Captain Marvel ce sont les femmes. Bon, là où la logique du scénariste est un peu tangente, c’est qu’il aurait fallut que le criminel sache à l’avance que Captain Marvel serait là, ce qui supposerait connaître son identité secrète (ce qui n’est pas le cas). Serait-ce un indice ?

Pendant ce temps l’oncle Dudley s’étonne que Captain Marvel ait fuit devant les femmes. Il arrive à invoquer l’esprit d’Achille (l’un des personnages antiques qui constituent le pouvoir de Shazam). Celui-ci explique que ça ne l’étonne qu’à moitié, que les femmes c’est déjà ce qui a déclenché la guerre de Troie (jolie mentalité rétrograde). Mais finalement le discours d’Achille (qui explique comment il a vengé un ami tombé à la bataille) inspire Jack Weston. C’est un signe, il doit porter à nouveau le costume de Minute Man (on se demande pourquoi il a mis tant de temps avant de le comprendre).

Pendant ce temps Captain Marvel erre, traumatisé de ne pas oser affronter les filles. L’une d’elle le retrouve et utilise ses « pouvoirs atomiques » pour le retransformer en humain. Le pauvre Billy n’est pas de taille et est fait rapidement prisonnier. Et c’est là qu’intervient le fameux poids de 5 tonnes (celui qui était sur la couverture) et on comprend mieux son rôle dramatique. Monsieur Wonderful attache le petit Billy sous le poids. Le gosse ne peut espérer survivre à ce piège… Mais Minute Man arrive et arrache le baillon de Billy. Celui-ci est libre de crier Shazam, juste à temps pour que le poids se casse sur sa forme devenue indestructible. Reste le problème premier : Minute Man essaie de convaincre Captain Marvel qu’ils peuvent battre le gang de femmes mais l’autre héros reste empêtré par sa galanterie démesurée. Seul, Minute Man est cependant vite battu et Mister Wonderful laisse éclater un rire caractéristique, que reconnaît Marvel…

Captain Marvel a alors l’inspiration de laisser agir ses pouvoirs de manière défensive. Elles se blessent en essayant de le taper (rappelons-le, il est indestructible) et le héros passe rapidement au cas de Mister Wonderful, pour lequel il n’a aucune retenue galante. Il le tape même assez fort pour le briser… Car ce n’est pas un être humain mais un androïde. A l’intérieur ? Mister Mind (le ver extra-terrestre super-intelligent), l’un des pires ennemis de Captain Marvel. Cela explique comment « Mister Wonderful » en savait tant sur le héros. Le ver, télépathe, sait tout de la vie privée de Captain Marvel. Acculé, Mister Mind réussit à s’enfuir à travers une fissure du plancher. La journée n’est pas complètement loupée puisque Minute Man déclare à son collègue que cette aventure lui a rappelé tout ce qu’il a manqué ces dernières années. C’est décidé, on devrait revoir Minute Man régulièrement désormais…

Sauf que… C’est à se demander ce qui passait précisément dans la tête de E. Nelson Bridwell en ramenant ce héros oublié, disparu depuis 33 ans. On ne le reverrait plus pendant une vingtaine d’années (et la série Power Of Shazam) où il était à nouveau à la retraite, n’apparaissant en costume que dans de rares flashbacks. Shazam! #31 est essentiellement la seul apparition majeure de Minute Man dans l’ère moderne. Et finalement avec assez peu de conséquences. Dommage, son look avait quelque chose de sympa…

[Xavier Fournier]